Vivre ici Namur-BW-Luxembourg : Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon sur Auvio

tous les sites
Quelles sont les mesures prises pour les étudiants jobistes ?

Vivacité - Lifestyle

Quelles sont les mesures prises pour les étudiants jobistes ?

Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon

  • 4 min 12 s

Sachez tout d'abord que l'on distingue deux types de jobistes : ceux dont le contrat a été rompu ou suspendu et ceux qui travaillent toujours . Il est nécessaire que des mesures soient prises pour chacune des catégories . La précarité étudiante est une réalité . Il faut se rendre compte que de nombreux jeunes ne peuvent subvenir à leurs besoins et payer leurs études que grâce à  leur job étudiant. Et pourtant, il faut savoir que les étudiants jobistes n’ont pas droit au chômage temporaire, et qu’ils n’ont, dans le meilleur des cas, qu’une toute petite indemnité si leur contrat est rompu, et rien du tout s’il est suspendu jusqu’à son terme. Donc, contrairement à toutes les autres catégories de travailleurs, les jobistes se retrouvent sans rien du tout du jour au lendemain ; et jusqu’à il y a quelques jours, aucune mesure n’avait été prise pour pallier à ça, ils étaient comme " oubliés ".
Les établissements d’enseignement supérieur ont lancé un appel aux autorités afin de recevoir davantage d’aide financière pour aider leurs étudiants en difficulté. Cet appel a été entendu puisque davantage de subsides ont effectivement été octroyés aux établissements et la Fédération Wallonie-Bruxelles a débloqué un peu plus de 2 millions d’euros pour ces étudiants en difficulté, et ces 2 millions sont donc ajoutés aux subsides déjà accordés.   
On a davantage parlé ces derniers temps des étudiants qui avaient perdu leur job, et à juste titre puisque leur situation est alarmante. Mais à côté de cela, on en a presque oublié ceux qui travaillent encore et qui s’investissent chaque jour, avec les risques que cela comporte, pour renforcer les secteurs qui tournent encore à plein régime comme le secteur alimentaire et le secteur médical.          
Ce qui  semblait nécessaire chez Infor Jeunes, c’est que les plafonds auxquels les étudiants sont soumis soient suspendus durant la crise.

Il y a 4 plafonds que les étudiants ne doivent pas dépasser s’ils ne veulent pas perdre leurs avantages :

Un qui concerne les cotisations sociales, qui sont normalement réduites pour les étudiants ;
Un qui maintient leur droit aux allocations familiales tant qu’il n’est pas dépassé ;
Un qui leur permet de ne pas payer d’impôts, encore une fois tant qu’il n’est pas dépassé ;
Et toujours concernant les impôts, il existe aussi un plafond qui concerne les impôts des parents puisque si le jeune dépasse un certain montant de revenus, il n’est plus considéré comme " à charge " de ses parents.
Donc pour les deux premiers, il ne faut pas dépasser un certain nombre d’heures, et pour les deux derniers, il ne faut pas dépasser un certain montant au niveau des revenus.

Les autorités ont conscience qu’il serait injuste de pénaliser des étudiants " parce qu’ils travaillent trop " par rapport à ce qui est autorisé en temps normal alors qu’on a besoin d’eux en ces temps difficiles. Elles ont donc annoncé que les heures prestées  le prochain  semestre ne compteraient pas dans le calcul des 475h que les étudiants connaissent bien. En attendant plus d'informations sur cette mesure, il y a donc lieu de veiller à ne pas dépasser le plafond des 475 h jusqu'à fin juin  Par contre, l'étudiant qui aurait atteint ce plafond au 1er trismestre, pourra en principe à nouveau travailler au 2eme trimestre sans comptabilisation de ses heures et sans payer de cotisations sociales plus élevées

Vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à jeter un oeil sur le site  https://inforjeunes.be/  

Détail

Extraits

Chargement ...
Liens promotionnels