Parlons Business : La durabilité peut faire tache d’huile parmi les entreprises sur Auvio

tous les sites
Parlons Business

La Première - Economie

Parlons Business

La durabilité peut faire tache d’huile parmi les entreprises

  • 1 min 36 s

Certaines entreprises sous-estiment parfois leur pouvoir en matière de transition durable. Au début de la mise en œuvre d’un modèle d’affaires plus responsable, l’impact sur la planète et la société peut paraître dérisoire. Mais c’est oublier qu’une entreprise peut aussi en inspirer d’autres. Certaines sociétés parviennent même à exercer une pression constructive sur leurs fournisseurs ou leurs clients. Ceux-ci se sentent alors obligés d’adopter, à leur tour, de meilleures pratiques. C’est, par exemple, ce qu’a fait récemment la société norvégienne Grieg Seafood. Cette entreprise de production de saumon a émis une obligation verte. C’est un emprunt qui conditionne l’utilisation de l’argent emrunté à la réalisation d’activités respectueuses de l’environnement. Lors de cette opération, Grieg Seafood s’est imposé un critère original supplémentaire. La société norvégienne s’est engagée à ne pas utiliser cet argent au profit d’un de ses fournisseurs, à moins que ce fournisseur mette un terme à ses activités de déforestation en Amazonie. Cet engagement a permis à Grieg Seafood d’obtenir une meilleure note de crédit lors de cet emprunt. L’entreprise a ainsi pu obtenir un taux d’intérêt plus intéressant. Et en même temps, elle a contraint son fournisseur à se pencher sur ses pratiques controversées. Cet exemple démontre qu’une seule entreprise peut contribuer à propager une plus grande durabilité dans l’ensemble du tissu économique.

Détail