Parlons Business : Les obligations vertes et durables belges sur Auvio

tous les sites
Parlons Business

La Première - Economie

Parlons Business

Les obligations vertes et durables belges

  • 1 min 38 s

4. Les obligations vertes et durables belges Depuis deux ans, les pouvoirs publics belges ont contribué à l’essor des obligations vertes et durables. En 2018, l’Agence fédérale de la dette a émis pour la première fois une obligation verte qui a permis de récolter 4 milliards et demi d’euros. L’an dernier, cette obligation verte fédérale a encore rapporté quasiment 2 milliards et demi d’euros supplémentaires. Mais que fait l’État belge avec cet argent ? D’après le rapport d’allocation publié par l’Agence de la dette, ces montants ont été affectés au financement de la SNCB et d’Infrabel, à des subsides destinés à des fermes d’éoliennes en mer ou encore à des projets verts dans le cadre de la coopération au développement. La Région wallonne a, elle aussi, émis une obligation verte qui a permis de récolter un milliard d’euros. Cet emprunt permet de financer des primes énergétiques, la rénovation énergétique de bâtiments ou encore des gares multimodales. La Région flamande a quant à elle émis des obligations durables, qui ont la particularité de combiner les objectifs des obligations vertes et des obligations sociales. Le montant récolté, plus d’un milliard d’euros, est dédié à l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, à l’accès au logement, à l’accès à l’éducation ou encore à la prévention de la pollution. Enfin, la Région bruxelloise envisage elle aussi d’émettre des obligations vertes pour financer des politiques environnementales. On peut donc dire qu’en Belgique, les différents niveaux de pouvoirs sont pionniers en matière de financement durable.

Détail

Liens promotionnels