Parlons Business : Les zones de basses émissions sur Auvio

tous les sites
Parlons Business

La Première - Economie

Parlons Business

Les zones de basses émissions

  • 1 min 40 s

Lundi 13/01 : Les zones de basses émissions Pour améliorer la qualité de l’air, les autorités de nombreuses agglomérations ont décidé d’interdire aux véhicules les plus polluants d’accéder aux centres-villes. Pour éviter de prendre les automobilistes au dépourvu, les pouvoirs publics ont généralement prévu une application échelonnée de ces règles d’accès, qui deviennent de plus en plus rigoureuses au fil du temps. Par exemple, en 2017, Anvers est devenue la première ville belge à prévoir une zone de basses émissions. Dans cette zone qui correspond au centre-ville anversois, les règles d’accès sont devenues plus strictes cette année : seules les voitures au diesel répondant à la norme Euro 5 ou à une norme supérieure peuvent désormais y circuler, en principe. Et à partir de 2025, l’accès sera limité aux voitures répondant à la norme Euro 6. Vous pouvez vérifier quelle norme Euro votre voiture respecte en consultant votre carte grise, c’est-à-dire le certificat d’immatriculation. Ce document comporte un libellé intitulé « classe environnementale », où est mentionnée la norme euro à laquelle le véhicule répond. Pour laisser le temps aux conducteurs d’opter pour des voitures moins polluantes, les autorités locales prévoient souvent des régimes transitoires qui permettent d’accéder aux centres-villes avec un véhicule en principe interdit d’accès, moyennant le paiement d’un droit d’accès. Mais les tarifs augmentent au fil du temps, pour inciter les gens à opter pour un véhicule moins polluant. À terme, il sera donc impossible d’échapper à l’exclusion des voitures les plus nocives pour l’environnement.

Détail

Liens promotionnels