Parlons Business : 1. Quand la générosité paie sur Auvio

tous les sites
Parlons Business

La Première - Economie

Parlons Business

1. Quand la générosité paie

  • 1 min 32 s

Lundi 25/11 : 1. Quand la générosité paie En principe, un don est désintéressé. Mais s’il est possible de bénéficier d’un avantage fiscal à l’occasion d’une libéralité, pourquoi s’en priver ? Nous avons déjà évoqué récemment la réduction d’impôt sur les dons de minimum 40 euros. Mais sachez que la fiscalité favorise aussi les donations aux associations et aux fondations. Les donations en faveur de ces organismes sont soumises à des droits de donation réduits à 7%. En Wallonie, la législation prévoit une condition supplémentaire pour les fondations : il faut qu’elles soient agréées pour que ce tarif réduit s’applique. Ces droits de donation de 7% sont très avantageux car, dans certains cas, le don d’un immeuble peut impliquer le paiement de droits de donation allant jusqu’à 40% de la valeur du bien immobilier donné. Pour ceux qui préfèrent ne pas se séparer de leur patrimoine de leur vivant, il est aussi possible de léguer des biens à une association ou une fondation par testament : dans ce cas, le transfert interviendra lors du décès du donateur et ce sont des droits de succession qui seront prélevés. Bonne nouvelle : ici aussi, le tarif est particulièrement avantageux pour les associations et fondations gratifiées, alors que dans d’autres cas, des droits de succession allant jusqu’à 80% peuvent parfois s’appliquer. Donner ou léguer des biens à des organismes qui poursuivent un but désintéressé est donc très pertinent pour ceux qui veulent mettre leur patrimoine au service d’une bonne cause.

Détail

Liens promotionnels