Parlons Business : L’exclusion des activités non durables sur Auvio

tous les sites
Parlons Business

La Première - Economie

Parlons Business

L’exclusion des activités non durables

  • 1 min 35 s

Jeudi 14/11 : L’exclusion des activités non durables Quand les banques constituent des produits financiers durables, elles font en sorte que ces produits investissent dans des entreprises triées sur le volet, en fonction de critères bien déterminés. Nous avons évoqué hier l’approche thématique, qui consiste à investir dans un thème durable, comme les énergies renouvelables, ainsi que l’approche qui consiste à sélectionner les sociétés les mieux classées en matière de durabilité. Mais pour sélectionner les entreprises dans lesquelles leurs produits financiers investiront, les banques recourent avant tout à des critères d’exclusion qu’elles les appliquent avec prudence. Par exemple, si elles sont généralement d’accord pour exclure de leur horizon d’investissement l’industrie de l’armement controversé, les banques éviteront d’exclure d’office le secteur énergétique où des combustibles fossiles sont parfois encore utilisés. L’idée est qu’il faut encourager les entreprises de ce secteur à s’engager dans la transition énergétique. Les produits financiers durables investiront donc en priorité dans les entreprises énergétiques qui privilégient de plus en plus des ressources moins polluantes. Le but est qu’à terme, cette démarche encourage l’ensemble du secteur à réduire sa dépendance aux combustibles fossiles. La norme minimale de durabilité de Febelfin suggère d’ailleurs un agenda de transition étalé jusque 2025, qui devient de plus en plus sévère en terme d’exclusions dans ce secteur. Voilà qui devrait encourager une transition énergétique progressive.

Détail

Liens promotionnels