#POPUP 12H30 : #PopUp Fanny Guéret sur Auvio

tous les sites
Nouvelle étude sur qui est l'homme en 2019

Pure - PURE

Nouvelle étude sur qui est l'homme en 2019

#PopUp Fanny Guéret

  • 5 min

Une nouvelle étude d'une agence de comm française qui interroge les hommes sur ce qu'ils sont en 2019: leur rapport à la masculinité, à la virilité, et avec elles, à l'égalité avec les femmes.Ce qu'il en ressort, c'est que la virilité est en léger retrait. A la question "dans la société d'aujourd'hui, pensez-vous que les hommes doivent moins affirmer leur virilité ?", ils sont 55 % à répondre non, et donc 45 % quand même à répondre oui. D'autres études sur le sujet montrent depuis environ 2 ans qu'on est entré dans l'ère de la post-masculinité, les hommes se retrouvent de moins en moins dans la virilité classique, càd dans le sens opposé à celui de féminité, ça semble enfin devenir un modèle d'un autre temps.Le désir de soigner son apparence est par exemple devenu bien plus important qu'il ne l'était: 61 % des Français interrogés déclarent que le goût pour les vêtements est devenu une préoccupation aussi essentielle pour eux que pour les femmes. Et ça ne s'arrête pas aux vêtements, on inclut l'idée des cosmétiques et là c'est presque la moitié des sondés qui estiment qu'à l'avenir on aura atteint l'égalité en matière de soin de l'apparence.Bon après, ne nous emballons pas, on se bat toujours pour l'égalité, et là c'est amusant pcq dans cette enquête ils ont interrogé les hommes sur la fameuse charge mentale, cad les taches domestiques, l'organisation du quotidien, l'accompagnement des enfants... charge mentale qui incombe  très souvent et très majoritairement aux femmes dans les sondages, mais pourtant les hommes déclarent à 60% qu'ils la partagent et qu'ils l'assument à égalité avec leur partenaire! Et seulement 30% des femmes partagent cet avis. Il y a donc encore clairement une différence de perception sur ce terrain de la charge mentale!Voilà, une étude parmi d'autres qui nous montre qu'on avance petit à petit, même si cette image mentale de la masculinité empreinte de force et donc de supériorité, sur la féminité synonyme de fragilité et donc d'infériorité, est tenace. Le mouvement Metoo laisse à penser qu'on est entré dans une révolution, mais on n'en est pas encore sorti, du tout. 

Détail

Liens promotionnels