Studio Foot : les résumés : sur Auvio

tous les sites
Mehdi Bayat : "J’ai eu mal de voir mes supporters sur le terrain mais il faut comprendre la déception"
Studio Foot : les résumés

RTBF Sport - Jupiler Pro League

Mehdi Bayat : "J’ai eu mal de voir mes supporters sur le terrain mais il faut comprendre la déception"

  • 5 min 18 s

Les supporters de Charleroi font entendre leur mécontentement par rapport aux résultats du Sporting depuis quelques semaines. Une escalade qui a finalement atteint son point d'ordre aujourd'hui. Venus, dans un premier temps, déployer des banderoles autour du stade, des membres des Storm Ultras sont ensuit rentrer dans le stade et sont venus occuper la pelouse. 

Après un long moment, Mehdi Bayat s'est exprimé devant les supporters et les a finalement accompagné lorsqu'ils quittaient la pelouse. L'administrateur délégué de Charleroi a ensuite tenté d'être compréhensif à l'interview : 

"Il faut comprendre la déception. On vit une période difficile où toutes nos vies sont chamboulées. A cause du covid, on a tous atteint un degré de frustration jamais atteint auparavant. Et cela est malheureusement couplé avec des faits qui doivent normalement amener du bonheur et de la fierté dans la vie des gens. Malheureusement, lorsque l’effet inverse se produit, finalement on crée le genre de scénario qu’on a vu aujourd’hui. J’ai eu mal de voir mes supporters sur le terrain. Je leur ai dit de manière franche. Je pense qu’ils avaient aussi certaines choses à dire, à faire entendre. C’est ça aussi la vie d’un dirigeant. Il ne faut pas oublier. Quand on dirige un club de foot, on doit accepter que nous sommes des gens de passage. Je suis aussi un supporter de Charleroi. Ça fait vingt ans que je suis là, que je me bats pour ce club, pour cette ville. Mais il faut aussi être capable de comprendre ce genre de situation et être prêt à dialoguer. C’est ce que j’ai fait et je pense que vous avez tous vu que j’ai raccompagné mes supporters hors du terrain. Ils sont repartis calmement parce que ce sont des bonnes personnes au fond. Ce sont juste des personnes qui ont mal aujourd’hui. Encore une fois, le fait d’être éloigné des terrains, de ne pas pouvoir être dans le stade, de ne pas pouvoir jouer leur rôle de douzième homme, et on sait à quel point ils le font bien à Charleroi, tout ça explique sans doute cela. Mais le plus important, c’est que les choses sont maintenant rentrées dans l’ordre, que le dialogue a eu lieu et que les supporters sont repartis chez eux et sont prêts à soutenir leur équipe derrière leurs écrans."

Avoir une communication à la hauteur

Le covid a donc pour Mehdi Bayat joué un rôle dans cet incident mais il est aussi conscient que la communication a sans doute connue quelques ratés pour en arriver là : "Très certainement, sinon nous n’en serions pas là. Parce qu’il faut être logique. Il faut assumer ses responsabilités. En tout cas, en règle générale, je ne fais pas partie de ceux qui ne les assument pas. Et donc c’est pour ça qu’il était important que je vienne devant les supporters. Chose que j’avais déjà fait. Il y avait déjà eu une première réunion avec eux cette semaine. Mais je pense que la foule avait besoin de me voir, de m’entendre. Et puis il y a un Facebook Live prévu de longue date ce mercredi où je devais faire le bilan de cette saison. Vous savez, quand il y a cette cassure causée par le covid, il faut garder le lien avec nos supporters, avec notre base. Et donc c’est ce que je vais continuer à faire ce mercredi. Et surtout, on a bien entendu le message. On sait que Charleroi est un club qui grandit, qui a fait de bons résultats ces dernières années".

Dans le projet à long terme du club qui vise à les amener de manière régulière dans le haut du tableau, cette réaction des supporters est peut-être un signal qui démontré que le club est en bonne voie : "Ça prouve que le club a grandi. Mais ça veut dire aussi qu’on doit être beaucoup plus exigeants envers nous-même dirigeants. Maintenant, je sais que l’appétit est là et que l’obligation de résultat est là. Mes supporters si nous n’avons pas de bons résultats la saison prochaine et surtout malgré le fait qu’on communique beaucoup par rapport à d’autres clubs en Belgique, il faudra qu’on soit encore plus pointus dans notre communication pour nourrir ce besoin de nos supporters. Il faut l’accepter".

Pas de précipitation

Une des grosses revendications des supporters est de connaître le nom de l’entraîneur pour la saison prochaine. Mais l'administrateur délégué ne veut pas agir dans la précipitation : "Vous savez je crois que j’ai démontré que même si je suis très à l’écoute de mes supporters, je ne laisse jamais la pression populaire dicter mes choix. Le jour où la pression populaire, la pression de la presse ou d’ailleurs toute autre pression venant de l’extérieur peut avoir une influence sur les décisions que je prends, je crois que ce jour-là, je dois démissionner et laisser mon poste à quelqu’un d’autre. Mais par contre, il y a effectivement un bilan à faire et on le fera. La seule chose que je peux vous dire, c’est que ce soir nous jouons contre Eupen et que c’est un match très important parce qu’il est encore possible de grapiller deux places au classement et d’être dixième et pas douzième. Et c’est très important pour la moyenne des cinq ans. C’est très important au niveau du classement. C’est très important au niveau des droits TV encore cette année. Donc je pense qu’il y a encore beaucoup de raisons de gagner ce match et l’entraîneur ce soir c’est Karim Belhocine et donc je vais comme d’habitude lui apporter un maximum de soutien pour qu’il puisse essayer de faire en sorte qu’on gagne ce match tout simplement.

L'analyse de la saison n'est d'ailleurs pas aussi sombre que l'on pourrait croire : "Vous savez, il n’y a jamais que du négatif et il n’y a jamais que du positif non plus. Je pense qu’il faut être capable de faire un bilan, d’essayer de comprendre où nous avons fait des erreurs et essayer de ne pas les reproduire. Mais aussi de savoir où nous avons bien fait les choses et essayer de continuer à les faire. Et c’est comme ça que je vais continuer à diriger le Sporting de Charleroi. D’ailleurs j’essaie de le faire depuis toujours".

La première étape de la réconciliation passe sans doute par une victoire face à Eupen pour terminer cette saison sur une note positive.

Détail

Clasico

Les résumés de Standard-Anderlecht

Chargement ...