Vivre ici Namur-BW-Luxembourg : Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon sur Auvio

tous les sites
Lire les étiquettes !

Vivacité - Lifestyle

Lire les étiquettes !

Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon

  • 4 min 56 s

Vous est-il déjà arrivé d'aller faire vos courses, d'hésiter sur quoi acheter, de regarder l'étiquette pour choisir un produit plus écologique ou plus sain… et de vous retrouver un peu perdu devant les nombreuses infos qui s'y trouvent ?
Quelques points à regarder sur l'étiquette pour bien choisir et mieux consommer
"L'origine, histoire d'acheter local. Parce que si on ne fait pas attention, on peut se retrouver avec des pommes qui ont fait le trajet depuis l'Argentine. Alors que des pommes, on en a plein en Belgique !Bon, c'est surtout valable pour les fruits et légumes, la viande et même le poisson. Par contre, pour les aliments transformés comme un pot de sauce tomate, une compote ou une lasagne, il n'y a pas d’obligation de mentionner ni la provenance du produit en lui-même, ni de ses ingrédients. " nous précise Ann Wulf d'Ecoconso



Fiez vous aux bons labels, c’est pratique et ça fait gagner du temps car on de doit plus détailler toute l’étiquett

Quels labels est-ce qu'on peut réperer ?
"Le plus courant c'est le label bio européen. C'est un rectangle vert avec une feuille blanche composée de petites étoiles. Il existe d'autres labels bio mais le label européen est obligatoire, sans ça on n'a pas le droit de se dire bio, d'afficher le mot ou un logo " bio ".Ensuite, très connus aussi, il y a les labels du commerce équitable. Celui que l'on voit le plus c'est le label Fairtrade mais il en existe plusieurs autres, avec chacun leurs spécificités. On peut aussi trouver des labels spécifiques au poisson, comme MSC pour la pêche ou ASC pour l'aquaculture"

Là où il faut se méfier c'est avec les auto-déclarations. Par exemple " Agriculture durable " ou " Zéro résidu de pesticides ". Ces logos – car ils font tout pour ressembler à un label - se réfèrent à des programmes créés par les marques elles-mêmes. Ils manquent souvent de transaparence sur leurs critères et de contrôle indépendant. Ca ne veut pas dire que c'est mauvais pour autant.

Que regarde-t-on d'autre sur l'étiquette ?
"La liste des ingrédients, histoire d'éviter certains additifs. Bien que de nombreux additifs soient autorisés, pour certains il subsiste des doutes quant à leur effet sur la santé. En particulier le colorant caramel, les glutamates et certains conservateurs et édulcorants. Attention : les additifs peuvent être notés soit avec leur petit code E, par exemple E250, ou avec leur nom complet, par exemple Nitrite de sodium. Donc l'absence de E sur l'étiquette ne signifie pas l'absence d'additifs. Au contraire, il y a un peu une tendance à vouloir avoir une étiquette " propre " donc certains fabricant préfèrent indiquer le nom complet plutôt que le code E. Ceci dit, quelle que soit la forme, le nom doit être précédé de la catégorie d'additif : exhausteur de goûts, colorant, conservateur… C'est un bon indicateur" poursuit Ann

Il n'en reste pas moins que c'est un peu compliquer de décrypter une étiquette. C'est pourquoi un nouvel outil vient de voir le jour.

" C'est l'Eco-score, qui classe un produit de A à E. C'est un peu comme le Nutriscore mais pour l'aspect écologique. On ne le trouve pas sur l'emballage mais sur le site OpenFoodFacts et du coup aussi sur son appli dédiée et dès février sur les applis partenaires, notamment Yuka. C'est pratique car il suffit de scanner le code barre avec son téléphone pour avoir plus d'infos"

Mais au final, si on peut autant que possible cuisiner maison avec des aliments non transformés, c'est plus simple, plus sain, on maîtrise mieux la composition et la provenance des ingrédients. Et c'est aussi plus économique !

Détail