Les Carnets du Bourlingueur - Bushmen: le langage des clics (10/14) - 13/08/2016

Retour en arrière × Vider le champs
Les Carnets du Bourlingueur

Les Carnets du Bourlingueur

Bushmen: le langage des clics

  • 34 minutes

Le bourlingueur part à la découverte d'une partie de la culture des Bushmen : leurs chants et leurs danses. Ensuite, retrouvons les rangs de la légion étrangère. Chaque année, des milliers de volontaires veulent la rejoindre, mais très peu y arrivent. Enfin, direction le centre-ville de Calcutta, où les camions de marchandises ont été remplacés par ceux que l'on appelle les hommes-chevaux.

Calcutta : les forçats du bitume
A Calcutta, ville la plus importante de la partie orientale de l'Inde, les hommes venant des campagnes remplacent les camions de marchandises. En effet, ceux que l'on surnomme les hommes cheveux permettent de désengorger le centre de la ville. Moyen très économique pour les marchands, ils sont chargés de transporter des tonnes de marchandises jusqu'à la périphérie, là où les camions prennent le relais. Ce métier est cependant voué à disparaitre pour laisser place l'image d'une Inde émergente.
Un reportage de Manolo d'Arthuys

Bushmen : Le langage des clics
Chez les Bushmen, le chant et la danse font partie intégrante de la vie sociale et culturelle du groupe. Effectués plusieurs fois par semaine, ces chansons et clics de langue favorisent la cohésion de la communauté, célèbrent la vie et servent, par la même occasion, à conjurer les mauvais esprits. Entrer dans le cercle des danseurs est un signe d'appartenance au groupe.

La légion étrangère : L'école des durs
Chaque année, 8000 jeunes du monde entier tentent d'intégrer la légion étrangère, attirés par sa réputation. Peu importe leur histoire, l'objectif principal des recrues est d'avoir l'honneur de porter l'uniforme. Pour réaliser ce rêve, ils doivent suivre un entrainement intensif de 30 jours. En plus de les mettre dans les conditions réelles de combat, ces parcours du combattant leur apprennent à créer une cohésion de groupe. En attendant la fin de leur formation, aujourd'hui, 900 légionnaires sont déjà engagés pour la France dans des missions du monde entier.
Un reportage de Géraud Burin Des Roziers

Détail

Vous aimeriez aussi

Les carnets du bourlingueur

Liens promotionnels