Les Carnets du Bourlingueur - Un tir groupé (1/14) - 11/06/2016

Retour en arrière × Vider le champs
Les Carnets du Bourlingueur

Les Carnets du Bourlingueur

Un tir groupé

  • 32 minutes

Vous aimez Les carnets du bourlingueur ?

Ajouter cette émission à vos favoris et soyez tenu au courant des nouveaux épisodes.

1: « Afrique du sud: des fauves qui valent de l'or »
En Afrique du Sud, 70% des animaux sauvages vivent sur des terres privées entièrement clôturées. La chasse est une entreprise légale qui est florissante. Les chasseurs qui viennent parfois de loin, n'hésitent pas à dépenser des sommes astronomiques. Tuer un lion coûte par exemple 15.000 euros et ne parlons pas du prix d'un éléphant ou d'un buffle ! Ils repartent ensuite avec leur trophée empaillé. La chasse est donc une industrie bien organisée, bien rôdée qui entraîne des activités particulières comme l'élevage d'espèces sauvages. On trouve donc des « fermes de lions » où les fauves naissent en captivité et sont élevés jusqu'à maturité dans le but d'être « tirés comme des lapins ». Rencontre avec des chasseurs, des éleveurs, des organisateurs de safari, des taxidermistes... dans ce reportage d'Olivia Mokiejewski qui fait froid dans le dos.

Le carnet: « Un tir groupé »
Pour subsister dans la jungle tropicale, il faut parfois être prêt à avaler un peu tout et n'importe quoi ! En même temps, quand on sait s'y prendre, la jungle devient un garde-manger inépuisable. Mais surtout il faut se débrouiller avec les moyens du bord y compris le lance-pierre pour attraper les batraciens...


2: « Brésil: les filles à papa »
Natalia fait partie de la haute bourgeoisie du Brésil et va bientôt fêter ses 15 ans. Dans la haute société brésilienne, c'est à nouveau la mode depuis une dizaine d'années de fêter les 15 ans des filles avec un événement à mi-chemin entre ce qu'on appelait le « bal des débutantes » et un rallye. Les parents de Natalia dépensent sans compter pour faire de cet anniversaire un événement exceptionnel. Au total, ils en sont à presque 500.000 euros. Rien que sa robe, faite sur mesure par un couturier très renommé, coûte 10.000 euros. Natalia a choisi elle-même la déco de sa fête sur le thème de ses films préférés. Tout est décoré, y compris les toilettes ! Un reportage d'Emmanuel Reitz et François Burren sur ces ados traitées comme des princesses de contes de fée de l'ancien temps.

Détail

Vous aimeriez aussi

Les carnets du bourlingueur

Liens promotionnels