Les annexes psychiatriques - 11/11/2016 - 07/11/2018

tous les sites
Les annexes psychiatriques

Les annexes psychiatriques

11/11/2016

  • 5 min 23 s

La Belgique a été condamnée à plusieurs reprises par la Cour européenne des droits de l'homme pour traitements inappropriés dans les annexes psychiatriques de certaines prisons. Comment vivent ces personnes qui ont commis des faits parfois très graves, mais qui ont été jugées irresponsables de leurs actes ? Quels sont les moyens de ceux qui les encadrent ? Reportage dans l'annexe psychiatrique de Lantin.

Interviews: Itw anonyme d'un détenu.
Itw de Bernadette Dalemans (Infirmière).
Itw de Vanessa Lebecque (Directrice Annexe psychiatrique).
Itw de Sophie Stas (Psychologue).
Itw de Jacqueline Piette (Educatrice).
Itw de Cynthia Tanana (Agent pénitentiaire).

Vues: Vues de l'annexe psychiatrique de la prison de Lantin ; vues de la journée commençant par la distribution des médicaments et du café ; vues de détenus prenant leur petit déjeuner en cellule ; vues de détenus se déplaçant dans les couloirs de la prison sous bonne garde ; vues int. d'une cellule ; vues de la distribution des repas de midi par des agents ; vues d'un agent pénitentiaire calmant un détenu criant ; vues de l'équipe de soins pluridisciplinaire travaillant au coeur de l'annexe ; vues d'un prisonnier s'entretant avec la psychologue ; vues de détenus lors d'une activité peinture ; vues de la fermeture des portes.

Texte Journaliste: Chapeau du présentateur :
La Belgique a été condamnée à plusieurs reprises par la Cour européenne des droits de l'homme pour traitements inappropriés dans les annexes psychiatriques de certaines prisons. Comment vivent ces personnes qui ont commis des faits parfois très graves, mais qui ont été jugées irresponsables de leurs actes ? Quels sont les moyens de ceux qui les encadrent ? Une de nos équipes a pu pénétrer derrière les portes de l'annexe psychiatrique de Lantin. Voici le reportage édifiant de Joséphine Turli et Dominique Burge.
Texte du journaliste :

Eléments de chapeau
La Belgique a été condamnée, à plusieurs reprises, par la Cour Européenne des droits de l'homme pour des traitements inappropriés dans les annexes psychiatriques de certaines prisons.
Comment vivent ces personnes qui ont commis des faits parfois très graves mais qui ont été jugées irresponsables de leurs actes; quel est le quotidien de ceux et celles qui travaillent avec ces patients/détenus ?
Derrières les portes et les grilles de l'annexe psychiatrique de Lantin, nous avons perçu la violence, la souffrance physique et surtout psychique mais aussi beaucoup de bienveillance.
Dominique Burge et Josephine Turli

Commentaires

ambiance fin de nuit
interv. anonyme d'un détenu.
Nous sommes à l'annexe psychiatrique de la prison de Lantin. La journée commence par la distribution des médicaments et du café. . .
petit in d'un agent à l'infirmière.
Ce sont les premiers jours à l'annexe pour cette infirmière.


Ces détenus ont commis des actes répréhensibles parfois très graves mais ils ont aussi une déficience ou une maladie mentale. Ils sont 40 patients ici à l'annexe mais par manque de places, 16 internés stabilisés se trouvent également à la polyclinique de la prison.


C'est l'histoire de ce patient.


interv. d'un détenu anonyme
Près des 3/4 des patients n'ont pas leur place ici puisqu'ils sont internés. L'annexe est prévue pour les détenus qui décompensent pendant la détention et surtout pour les personnes mises en observation par le juge d'instruction lors de l'arrestation.


in d'un agent pénitentiaire avec un détenu
Ici à Lantin, les patients bénéficient d'une prise en charge équivalente à celle qui pourrait trouver dans un EDS, un établissement de défense sociale. Une équipe de soins pluridisciplinaire travaille au coeur de l'annexe.



Entre deux entretiens avec la psychologue ou l'assistante sociale, un ergothérapeute et une éducatrice proposent aussi toutes une série d'activités.


la journée se termine finalement comme elle a commencé, le jeune homme en crise ce matin est toujours en souffrance.
in


Aujourd'hui, en Belgique, plus de 500 internés attendent toujours une place dans une structure psychiatrique sécurisée.
équipe
Désannonce du présentateur :
C4
A signaler encore qu'un rapport du Parlement wallon présenté cette semaine par la députée Véronique Salvi pointe une nouvelle fois l'insuffisance des moyens mis à disposition des annexes psychiatriques.
Intervenant(s)

Détail

Vidéos d'info

Extraits

Liens promotionnels