Le Prix Première 2017 : Oscar LALO : Les contes défaits (Belfond) - 01/03/2017

Retour en arrière × Vider le champs
Le Prix Première 2017 : Oscar LALO : Les contes défaits (Belfond)

Le Prix Première 2017 : Oscar LALO : Les contes défaits (Belfond)

  • 1 minute

Vous aimez Prix Première ?

Ajouter cette émission à vos favoris et soyez tenu au courant des nouveaux épisodes.

Oscar LALO : Les contes défaits (Belfond)

Peau d’âme, noire neige, le petit poussé… Il était zéro fois… c’est ainsi que commencent Les contes défaits.

Un enfant – des enfants sont emmenés dans un train. Une main les a lâchés sur un quai de gare. Sans savoir, sans pouvoir voir
l’impensable, leurs parents les envoient vers ce camp de vacances rythmé par un irréel quotidien, fait d’ordres absurdes et de caresses violentes.


L’histoire est celle de cet enfant et de l’adulte qu’il ne pourra pas devenir, à moins d’être en capacité de rouvrir l’enquête. Longtemps après les faits. Comme une vieille plaie. Intime. Inconcevable.

" Je suis sans fondations. Ils m’ont bâti sur du néant. Je suis un locataire du vide, insondable et sans nom, qui m’empêche de mettre le mien. J’endosse à l’envi n’importe quelle identité. La mienne, je l’ignore. Je ne la sais ni ne la veux. "


La page reste blanche car tout ce qui s’y inscrit s’évapore. C’est pourquoi le narrateur de cette histoire a pris la plume. Sans rien dire jamais de ce qui ne se montre pas, loin de la honte et de la négation, Oscar Lalo convoque avec ses propres mots, pourtant universels, la langue sublime du silence et écrit l’indicible de façon magistrale dans ce premier roman.

" Un écrit bouleversant qui traverse, conjure le silence assourdissant d'un petit garçon, resté si longtemps à l'extérieur de la Vie ! " - Fafanouche24 sur Babelio " La parole libérée, l'homme paraît et un grand auteur pousse son premier écrit. " - Astrid Shriqui
Garain sur Babelio.

Détail

Vous aimeriez aussi

Prix Première

Extraits

Liens promotionnels