Le Mug : Analyse de l'ouvrage « Bandits à Marseille » sur Auvio

tous les sites
Le Mug

Le Mug

Séquences 0 / 4

La Première - Culture

Le Mug

Analyse de l'ouvrage « Bandits à Marseille »

  • 1 h

Le Mug d'ouverture : Felix JOUSSERAND pour l'analyse de l'ouvrage « Bandits à Marseille » d'Eugène Saccomano qu'il a préfacé aux éditions Séguier
Journaliste au Provençal dans les années 1960, le jeune Eugène Saccomano est le premier à se lancer dans l'écriture d'un livre sur la pègre marseillaise. Cependant, il ne s'agit pas pour lui d'habiller les voyous d'une couche de légende supplémentaire : la puissance et la lumière aveuglante du décor provençal et le goût pour les mythologies ont déjà trop servi le Milieu. Il cherche au contraire à raconter comment les gangsters règlent leurs comptes, leurs façons tranchantes, très éloignées d'un hypothétique code de l'honneur. « Le sang coule sous le soleil, mais il coule. » Saccomano enquête sur le proxénétisme « convivial » des bars à hôtesses comme sur les réseaux plus souterrains du trafic de stupéfiants, décrit les soubresauts de la vie politique locale qui, entre guerres municipales et combats syndicaux, ont tant profité aux Carbone, Spirito et Guérini. Et l'on constate avec lui combien l'histoire marseillaise s'entête à mêler le drôle au sordide, le fait divers au roman.

Michel DUFRANNE pour sa séquence « ISBN »

Le Mug découverte : Marion PILLAS, co-fondatrice du magazine féministe « La déferlante »
A travers sa revue trimestrielle et sa newsletter bimensuelle, La Déferlante pense l'époque au prisme du genre et analyse la société dans une perspective féministe. La Déferlante est la première revue trimestrielle post-#metoo consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle racontera les luttes et les débats qui secouent notre société. Dans un paysage médiatique encore très majoritairement masculin, La Déferlante est une revue créée et dirigée par des femmes, pour donner la parole aux femmes et visibiliser leurs vécus et leurs combats.

Thierry BELLEFROID pour sa séquence « La vie dessinée »

Détail