Vidéos d'info : sur Auvio

tous les sites
Le grisou, ressource énergétique d'avenir

Le grisou, ressource énergétique d'avenir

  • 1 min 13 s

Nos charbonnages belges sont à l'arrêt depuis des années. C'est vrai aussi dans le nord de la France. Mais là-bas, depuis la fin des années 90, une jeune société, la française de l'énergie a rouvert un puits de mines et exploite, non pas son charbon, mais son grisou. Synonyme de mort pour les mineurs pendant plusieurs siècles, ce fameux gaz qui jouait l’invité surprise dans les galeries minières, se transforme désormais en électricité.


Dans la commune d'Avion, près de Lens en France, peu d’habitants se souviennent encore du grisou qui a décimé leurs aînés. Ils sont moins nombreux encore, à savoir que depuis la fin des années 90, ce grisou est exploité à deux pas de chez eux. Direction, le pied d’un terril. Les châssis à molette de l’ancienne mine ont disparu depuis longtemps. Quant au puits de la mine qui descendait à 1500 mètres de profondeur et avalait chaque jour près de 3000 mineurs, il est aujourd’hui rebouché. Mais deux canalisations pénètrent dans le béton. "Nous captons le grisou qui s’accumule dans le vide minier avec ces tuyaux, explique Yann Fouant, directeur de projets de la Française de l'Energie. Ensuite nous le transformons en électricité ou nous l’injectons directement dans les conduites de gaz de ville."

Transformer une énergie négative en énergie positive

Vous avez bien compris, une fois comprimé dans leurs installations, le grisou, qui est en fait du méthane, est envoyé directement dans les conduites du gaz de ville. Il approvisionne l'équivalent de 20.000 foyers en gaz domestique. Mais ce n'est pas tout. A côté du compresseur, deux centrales cogénération transforment le gaz minier en électricité. Chacune produit l’équivalent de trois éoliennes sans l’inconvénient de l’intermittence du vent. Ici, la production d’électricité est constante : 24h/24 et 7 jours/7, nous assure Yann Fouant. Cela représente la consommation de 20.000 foyers français. Mais, tout ça me direz-vous n'est pas écologique. Que nenni, nous rétorque Julien Moulin, le directeur général de la Française de l’Energie : "On transforme une énergie négative en énergie positive qui accompagne l’effort de transition écologique."

De fait, exploiter ce grisou est une bonne chose pour l’environnement puisqu’il est chargé en méthane, lui, vingt fois plus polluant que le dioxyde de carbone (CO2). Le brûler réduit donc de vingt fois sa nuisance environnementale. Dans l’esprit de certains, il s’agit d’un recyclage. D’ailleurs, observent plusieurs spécialistes, certaines mines ressemblent à des cocottes minute saturées de grisou. Résultat, les gestionnaires de friche doivent régulièrement dégazer les puits de mines.

Deux centrales semblables à celles d'Avion bientôt en Belgique
C’est le cas à Anderlues, en Belgique. Depuis quelques mois, la française de l’Energie y a obtenu un permis d’exploitation. Bientôt, deux centrales cogénération semblables à celles d’Avion seront construites et approvisionneront en électricité 20.000 foyers belges.

Mais Jean-Pierre Tshibangu, chef de service du génie minier à l’UMons, évalue à 10 milliards de mètres cube le grisou contenu dans les 124 km2 de zones minières du Hainaut. Un potentiel énorme qui pourrait alimenter à l’avenir 400.000 foyers wallons. Les charbonnages wallons auraient-ils encore de l'avenir ?

Détail

Vidéos d'info

Extraits

Chargement ...
Liens promotionnels