Le Fantôme de la Radio : La Bataille du Charbon et l'Immigration italienne sur Auvio

tous les sites
Le Fantôme de la Radio

La Première - Histoire

Le Fantôme de la Radio

La Bataille du Charbon et l'Immigration italienne

  • 44 min

Le Charbon : l’élément indispensable à la relance économique de la Belgique après la seconde guerre mondiale. Les sous-sols de la Wallonie et du Limbourg en regorgent certes. Mais il n’y a pas assez de mineurs pour extraire cette houille dont le pays a tant besoin. Les Belges ne veulent plus descendre au fond : les mines sont vétustes et dangereuses, le travail est difficile, pénible, risqué et mal payé. Malgré une campagne de propagande mise en place par le gouvernement de l’époque pour attirer la main d’œuvre, rien n’y fait. Il n’y a pas assez de mineurs et la production de charbon dégringole. Pour gagner ce qu’elle appelle ‘la bataille du charbon’, la Belgique se tourne alors vers l’étranger, et plus particulièrement vers l’Italie déchirée par une profonde crise politique, sociale et économique, où de très nombreux jeunes travailleurs restent désespérément sans emploi. Un protocole d’accord, longuement négocié, est scellé à Rome entre les deux pays le 23 juin 1946. Il prévoit l’envoi en Belgique de 2000 travailleurs italiens par semaine. En échange, l’Italie est assurée de recevoir contre monnaie sonnante et trébuchante 200kg de charbon, par jour et par mineur. Dans quelles conditions s’est déroulée cette immigration massive de travailleurs italiens en Belgique ? Comment ces jeunes déracinés ont-ils vécu leurs années de travail ingrat ? Pourquoi devaient-ils subir à leur arrivée des conditions de vie indignes et misérables dans les charbonnages belges ? Comment se sont-ils adaptés, puis durablement installés en Belgique ? Les archives de la RTBF permettent de répondre en grande partie à ces questions, grâce à de nombreux témoignages et éclairages très éloquents, enregistrés pour certains il y a plusieurs dizaines d’années. Ceci nous amènera à mieux comprendre cette page relativement mal connue de notre histoire récente, avec ses zones d’ombres, ses injustices mais aussi, in fine, des notes d’espoir et d’humanité.

Détail