Namur Matin : Namur Matin sur Auvio

tous les sites
Le confinement, risque de burn-out pour les parents ?

Vivacité - Régions

Le confinement, risque de burn-out pour les parents ?

Namur Matin

  • 2 min 39 s

Voici le résultat d’une étude menée par l’UCLouvain sur 1300 parents.

On s’est beaucoup inquiété du burn-out parental en cette période de confinement. Et ce sujet reste un thème central dès que l’on parle de télétravail également. L’UCLouvain s’est penchée sur la question. L’Université a interrogé 1300 parents belges francophones. Résultat ? Avant la crise, 8,1 % des parents étaient en burnout ; aujourd’hui, ils sont 7,6 % en burnout (7,9 % de mères et 4,7 % de pères). La crise sanitaire et le confinement n’ont donc pas eu un impact nuisible sur tous les parents, mais nombreux sont celles et ceux qui, sans avoir tous les symptômes du burnout, se sentent épuisés.

Elsa Guillier est psychologue et collaboratrice du service parentalité UCLouvain : « On se rend compte que le burn-out parental n’a pas augmenté mais, sans pouvoir porter l’étiquette et le diagnostic de burn-out parental on remarque quand même que cette crise sanitaire et ce confinement, ça a entrainé plus de stress chez 15% des papas et 20% des mamans. Donc, ils ne sont pas en burn-out parental mais les symptômes ont significativement augmenté.»

Il ressort de l’étude que les parents qui souffrent le plus du confinement sont ceux qui doivent s’occuper d’enfants peu autonomes, des jeunes adultes ou d’enfants qui ont des besoin spécifiques comme ceux, porteurs d’un handicap. Le télétravail est aussi un facteur aggravant mais il en va de même pour les parents sans emploi. En effet, ces derniers profitaient des moments où leurs enfants étaient à l’école pour postuler, s’occuper de la maison, ou se ressourcer, temps dont ils ne disposent plus aujourd’hui.

D’autres critères objectifs comme la gestion du travail scolaire, la situation de couple ou de monoparentalité, la surface habitable de la maison (jardin, ville ou campagne), l’impact financier de la crise sur la famille ; le partage (ou non) des tâches ont pesé plus ou moins fortement dans la balance.

Certains parents tirent néanmoins leur épingle du jeu en période de confinement. Pour 30 % des pères et 36 % des mères, la crise sanitaire et le confinement ont été une opportunité. Pour ces parents, le niveau de burnout parental (BP) a diminué : moins de charge mentale (pas d’activités extrascolaires à gérer, pas de déplacements pour emmener les enfants à l’école ou à leurs activités, pas de sorties des ados, pas de copains à gérer, pas besoin de penser aux sacs de piscine ou de gym, …), les parents ont saisi la chance de passer plus de temps de qualité avec leurs enfants.

Détail

Liens promotionnels