Brut. : Brut. sur Auvio

tous les sites
Le cinéma, une industrie particulièrement polluante

Info

Le cinéma, une industrie particulièrement polluante

Brut.

  • 3 min 27 s

Ancien régisseur, Charles Gachet-Dieuzeide a été témoin des activités peu écologiques de l'industrie cinématographique. Il a fondé la société Secoya Eco-tournage pour encourager les équipes à "verdir" leurs productions.

Dans "Spectre", le dernier film de la saga James Bond, 30 millions d'euros auraient été dépensés en voitures détruites pendant le tournage. Ce n'est pas pour faire pâlir les collectionneurs d'automobiles que Charles Gachet-Dieuzeide évoque ce chiffre mais pour rappeler que l'industrie cinématographique a une propension à gaspiller et à polluer.

Cet ancien régisseur a pu constater par lui-même les dégâts environnementaux causés par certains tournages. Il mentionne notamment les nombreux déplacements des équipes, la mauvaise gestion des déchets et la détérioration des milieux naturels. Par exemple, pour enneiger artificiellement un mont, les équipes qui l'accompagnaient ont déversé des résidus de plastique blanc sur toute l'étendue d'un flanc de montagne. "C'était absolument horrible pour le décor de le laisser dans cet état-là", se remémore-il.

Détail

Liens promotionnels