La prolifération des tiques - Quel Temps ! (351/506) - 05/09/2017

Retour en arrière × Vider le champs
La prolifération des tiques

La prolifération des tiques

Quel Temps !

  • 2 minutes

Il semble que les tiques deviennent de plus en plus nombreuses. Et ces acariens sont des vecteurs de maladies graves comme la maladie de Lyme, ce qui explique l’intérêt des scientifiques pour leur prolifération.
La tique est hématophage, cela signifie qu’elle se nourrit de sang et son cycle de développement comporte 4 stades. L’oeuf se développe dans le sol et devient une larve qui ensuite se transforme en nymphe puis en adulte. A chacune de ces étapes, la tique doit prendre un repas sanguin sur un hôte: un animal ou l'homme. Et ce repas est de plus en plus long: 2 à 3 jours pour la larve, 5 à 7 pour la nymphe et 8 à 10 pour la femelle adulte (le mâle ne sert qu’à l’accouplement qui a lieu avant ou pendant le repas de la femelle). Après chaque repas, la tique gorgée de sang se laisse tomber dans la végétation pour retrouver l’humidité dont elle a besoin. En effet, les tiques aiment l’humidité. On les retrouve donc le plus souvent dans des endroits ombragés et dans la végétation basse comme les feuilles mortes, les broussailles, les fougères, les herbes...). Et comme elles ont besoin d’hôtes pour se nourrir et se reproduire; on les retrouve donc en abondance dans les milieux présentant une faune importante comme les forêts, les réserves naturelles, les prairies ou encore les dunes.
Ces acariens aiment aussi les températures douces. Elles ne sont complètement actives que lorsque la température est au moins de 7 °C. En Belgique, leur période d’activité se situe donc du printemps à l’automne entre mars et octobre. Mais en dehors de ces périodes, elles peuvent survivre tout au long de l’année. Elles passent l’hiver en se cachant dans des endroits chauds et humides. Et bien sûr, cette survie est favorisée lors des hivers doux.
Les tiques sont naturellement présentes partout dans le monde mais le changement climatique pourrait entraîner une augmentation de leur répartition géographique. En effet, des tiques ont été recensées à plus de 1300 mètres d'altitude dans les Hautes Tatras, à la frontière entre Slovaquie et Pologne.
Il est donc essentiel de continuer à étudier ces parasites et à informer le public. Vous pouvez d’ailleurs contribuer à ces recherches en mentionnant toute morsure de tiques sur www.tiquesnet.be.

Détail

Vous aimeriez aussi

Quel Temps!

Extraits

Bonus

Liens promotionnels