Vivre ici Namur-BW-Luxembourg : Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon sur Auvio

tous les sites
L'amour en ligne ...

Vivacité - Lifestyle

L'amour en ligne ...

Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon

  • 3 min 56 s

Notre séquence en collaboration avec Infor Jeunes et ce jour il est question a de l’amour en ligne, et plus précisément du cas où un jeune tombe amoureux d’un faux compte, d’un être virtuel,  sur les réseaux sociaux, sur Instagram ou sur Facebook.
"Il faut savoir que c’est un phénomène courant chez les jeunes, surtout la tranche 12/18 ans, et ça peut arriver très vite. Les jeunes de cet âge-là commencent à rechercher le corps à corps, mais en ont peur aussi. C’est une génération qui se construit un espace intime sur le Web. Et donc, comment ça se présente c’est très simple ; le jeune se fait approcher avec des messages mielleux, de jolies photos, des points communs et beaucoup beaucoup d’échanges de messages, jour et nuit parfois, de quoi développer des sentiments et s’attacher rapidement à cet être virtuel" nous précise Céline Van Hemelryck d'Infor Jeunes 

Dans de nombreux cas, les jeunes se mettent en couple sans même s’être rencontrés, parfois sans même s’être vus via caméra par exemple, sans entendre la voix. Les émotions sont décuplées et le jeune donne une confiance aveugle envers la personne qui est derrière l’écran
Qui se cache derrière ces êtres virtuels ? Est-ce que c’est forcément un piège ou ça peut aussi être quelque chose de sincère ?
"C’est souvent des pièges. Les arna(cœurs) sont souvent plus âgés. Ce type de profil cache de la pédopornographie ou un intérêt financier. Après évidemment, il y a des histoires virtuelles qui se sont concrétisées dans la réalité, mais ce sont en général des exceptions, c’est important que je le jeune soit prudent".



Les relations amoureuses des jeunes sur Internet sont forcément nocives ?  "Pas du tout, c’est bien de le préciser aussi. Si un jeune ne se sent pas prêt à franchir l’épreuve de la réalité, ce n’est pas si grave, parce que rêver une histoire, c’est bien aussi : cela permet de grandir, d’avoir un espace de liberté en soi. Il n’y a pas d’urgence à tout de suite se dévoiler. Ceci évidemment dans le cadre d’une relation où les jeunes se sont déjà aperçus, à l’école par exemple, pas dans le cas d’un faux compte".

Quels sont les signes qui doivent alerter  ? "Parfois tout est très bien ficelé et cohérent donc on peut vite tomber dedans. Par contre dès qu’il y a des fautes d’orthographe, des phrases toutes faites ou des je t’aime dès les premiers messages, c’est en général mauvais signe. Ce qui peut alerter aussi c’est le fait que l’internaute ne veuille jamais faire des appels vidéo ou alors donner son numéro de téléphone."



Si un jeune sent qu’il est en train de tomber dans le panneau, quelle attitude adopter ?  "Fuir à tout prix, c’est le mot d’ordre. Signaler le compte sur les réseaux sociaux, et en parler à ses potes pour éviter que ça leur arrive. Et puis sortir de chez soi pour rencontrer l’amour ça marche aussi "

Détail