Jour Première : Peut-on tuer 164 personnes pour en sauver 70.000 ? L'ambivalence morale au coeur de la pièce ''Terreur'' sur Auvio

tous les sites
Jour Première

Jour Première

Séquences 0 / 11

Jour Première

Peut-on tuer 164 personnes pour en sauver 70.000 ? L'ambivalence morale au coeur de la pièce ''Terreur''

  • 1 h 59 min

08H32 - L'invité(e) : Dès ce mardi 4 juin, le gouvernement en affaires courantes lance une consultation publique sur le plan national énergie climat. Un questionnaire en ligne visant à donner aux citoyens la possibilité de s'exprimer sur les engagements pris par les différentes autorités du pays. Les questions seront publiées sur le site web de la Direction générale de l'énergie du SPF Economie et resteront en ligne durant six semaines. On en parle avec NICOLAS VAN NUFFEL, responsable du département plaidoyer au CNCD-11.11.11

09H20 - L'Avant-Première : La Fondation Folon propose une exposition temporaire « Hugo Pratt, les chemins du rêve » qui se déroulera jusqu'au 24 novembre 2019. Pendant six mois, les visiteurs voyageront dans les songes d'Hugo Pratt, père de Corto Maltese, à travers ses aquarelles méconnues du grand public. Cette exposition temporaire émerveillera les amateurs d'aquarelle, les fans d'Hugo Pratt et les mordus de bande dessinée. On en parle avec PAULINE LOUMAYE, responsable des expositions temporaires à la Fondation Folon.

09h30 - La Tête d'Affiche : La metteuse en scène PAULINE D'OLLONE et le comédien PIERANGE BUONDELMONTE nous présentent la pièce « Terreur » de Ferdinand von Schirach à découvrir au théâtre Le Public jusqu'au 22 juin. « Mesdames et Messieurs les Jurés, le 26 mai 2013, à 21h21, Lars Koch, major de l'armée de l'air, abat un avion de ligne détourné par un terroriste et prêt à s'écraser sur le stade de football de Munich. Il avait pourtant reçu l'ordre de ne pas tirer. Il est accusé d'avoir causé la mort des 164 passagers à bord de l'appareil. Sa défense : il voulait sauver les 70.000 personnes présentes dans le stade. Criminel ou héros ? Un cas de justice et de conscience ».

Dans cette pièce-procès, Ferdinand von Schirach, criminaliste à succès et maître de l'ambivalence morale, pose la question de la dignité, apanage de l'être humain. L'état d'urgence et la menace terroriste justifient-ils dans certains cas la mise en balance de vies humaines ? Peut-on tuer 164 personnes pour en sauver 70.000 ?

Détail

Jour Première

Jour Première - La Tête d'Affiche

Chargement ...
Liens promotionnels