Hep Taxi : Marie Gillain sur Auvio

tous les sites
Hep taxi !

La Trois - Culture

Hep taxi !

Marie Gillain

  • 29 min

Les années ne semblent pas avoir de prise sur Marie Gillain. Même si elle a pris de la maturité, son visage garde toute sa fraîcheur. Elle n'a pas tellement changé depuis son premier rôle au cinéma, " Mon père, ce héros " où elle avait à peine 16 ans lors du tournage. Peut-être est-ce parce qu'elle continue à croire à la force des rêves de la petite enfance? Dans son cas, comme souvent, c'est là que les choses ont pris racine. D'ailleurs, elle continue à rêver, raconte-t-elle à Jérôme Colin, qui la conduit au château du Lac de Genval. Nourrie par les histoires que lui racontaient ses parents, elle improvisait des spectacles dans son grenier avec sa petite soeur et des enfants du village de la région liégeoise. Elle appelait ça l'Atelier Pomme. A 14 ans, elle décide de prendre des cours, pour de vrai, à l'atelier théâtral Le Vivier , avec Vincent Goffin, ce dont elle se souvient toujours avec une certaine émotion. Et finalement, c'est la seule formation de comédienne qu'elle n'ait jamais reçue, faute de temps. Sa carrière a démarré trop vite. Lorsqu'elle entend qu'il y a un casting pour le film " L'amant " de Jean-Jacques Annaud, elle envoie une cassette où elle lit un extrait du roman de Duras. Elle n'est pas sélectionnée lors de l'audition, mais la directrice du casting la recontacte deux ans plus tard pour faire un bout d'essai avec Gérard Depardieu pour le film de Gérard Lauzier, " Mon père, ce héros ". Elle a 16 ans lors du tournage, 18 lors de la sortie du film, et elle se retrouve propulsée dans le cinéma français, avec une nomination aux Césars. Avant " L'appât " de Bertrand Tavernier, qui la confirme en temps qu'actrice, elle tourne son unique film belge : " Marie " de Marian Handwerker. Par la suite, elle se montre assez éclectique dans ses choix, alternant les comédies légères, les drames, les films à petits et gros budgets. C'est ainsi qu'on la voit, entre autres, dans " Le bossu " de Philippe de Broca, dans " Les affinités électives " de Paolo et Vittorio Taviani, " Laissons Lucie faire" de Emmanuel Mouret, " Le dernier harem " de Ferzan Ozpetek, " Le dîner " de Ettore Scola, " Ni pour, ni contre (bien au contraire) " de Cédric Klapish, etc. Il lui est arrivé plusieurs fois de chanter dans les BO des films auxquels elle a participé, comme récemment dans " Magique " où elle chante en duo avec Cali, qu'elle admire beaucoup. "...les musiciens fantasment sur les acteurs et les acteurs fantasment sur les musiciens (...) il y a une flamme dans leurs yeux que les acteurs n'ont pas (...) Il y a un fil très tendu entre le public et le chanteur.". Le théâtre l'a beaucoup marquée également. D'abord dans son rôle d'Anne Franck en 1995, et puis en 2002, dans une pièce mise en scène par John Malkovich, "Hystéria". Elle y interprète une jeune femme écorchée, accro à la sexualité. Rôle difficile. Mais elle aimerait revenir au théâtre " ...j'aimerais un projet fort, viscéral, engagé (...) culotté, audacieux, où on met ses tripes sur la scène ".

Détail