Hep taxi ! - André Dussolier (6/20) - 26/02/2017

Retour en arrière × Vider le champs
Hep taxi !

Hep taxi !

André Dussolier

  • 30 minutes

Fils unique de deux percepteurs des impôts, André Dussollier a dix ans lorsqu'il découvre la pièce Poil de Carotte au théâtre. C'est la révélation pour cet enfant solitaire qui a grandi à Sévrier, un village savoyard proche d'Annecy. Selon la volonté de ses parents, il fait des études de lettres, deux licences et une maîtrise, puis monte à Paris pour faire le Conservatoire à 24 ans. Il en sort avec un premier prix

Il intègre la Comédie Française en 1972 pour un an seulement car François Truffaut le repère au théâtre et l'engage sur son film une belle fille comme moi. En 1977, André Dussollier tourne Perceval le Gallois d'Eric Rohmer qui l'intronise acteur de cinéma d'auteur. L'année suivante la série tv Un ours pas comme les autres de Nina Companez le révèle au grand public. Mais le film qui entérine sa popularité, c'est 3 hommes et un couffin de Coline Serrault réalisé en 1983.

La rencontre déterminante de sa vie survient en 1983 sur le tournage de La vie est un roman d'Alain Renais avec lequel il nouera un lien particulier et fera sept films dont L'Amour à mort (1984), Mélo (1986) ou encore On connaît la chanson (1997) qui lui vaut le César du meilleur acteur en 98. André Dussollier a également reçu deux Césars du meilleur second rôle pour Un coeur en hiver de Sautet en 1992 et La Chambre des officiers de François Dupeyron en 2001.

Parmi les longs métrages où le comédien s'illustre avec des nominations à la clé, citons Tanguy d'Etienne Chatillez (2001), 36 Quai des orfèvres d'Olivier Maréchal (2004), Ne le dis à personne de Guillaume Canet (2006). Mais l'une de ses plus puissantes prestations est sans conteste le personnage de Staline qu'il endosse dans Une exécution ordinaire de Marc Dugain (2010). Un rôle qu'il a adoré joué en raison de l'excessivité du dictateur.

Chez cet interprète caméléon campant tantôt des protagonistes distanciés, ironiques ou légers, tantôt des inquiétants, borderlines ou machiavéliques, la voix occupe une place de choix. La sienne, douce et légèrement métallique fut celle du narrateur du fabuleux destin d'Amélie Poulain, du documentaire ils ont filmé la guerre en couleur ou encore celle de l'aviateur dans le film d'animation Le Petit Prince de Mark Osborn.

Cet homme passionné qui dédie sa vie au jeu trouve la félicité dans le théâtre. Outre les auteurs classiques, il a foulé les planches avec Scènes de vie conjugale de Bergman, Monstres sacrés, sacrés montres, un spectacle qu'il conçu et interprété seul en scène reprenant des textes de ses auteurs préférés tel Baudelaire, Guitry, Hugo et bien d'autres. Epinglons également Diplomatie de Cyril Gély et surtout Novecento, un monologue d'Alessandro Baricco qu'il a adapté et mis en scène. Pour ce spectacle où il incarne tous les rôles, André Dussollier a obtenu le Molière d'or en 2015.

Celui qui enchaîne les projets à un rythme stakhanoviste s'est partagé entre le cinéma, le théâtre et la télévision avec un perfectionnisme qui le caractérise. Son talent vient d'être récompensé par un Magritte d'honneur pour l'ensemble de sa carrière alors qu'il est actuellement à l'affiche de Chez nous, le dernier film de Lucas Belvaux dans lequel il incarne un médecin d'extrême-droite.

Détail

Prochain direct

à 21h43 sur La Deux

Hep taxi ! 2017

Camille

Vous aimeriez aussi

Hep Taxi

Extraits

Bonus

Liens promotionnels