Hep taxi ! - Sandrine Bonnaire (17/20) - 06/11/2016

Retour en arrière × Vider le champs
Hep taxi !

Hep taxi !

Sandrine Bonnaire

  • 28 minutes

Son parcours tient du conte de fée. Elevée dans une cité HLM en banlieue parisienne, Sandrine Bonnaire est la fille d'un ouvrier ajusteur et d'une ménagère, la septième d'une fratrie de onze enfants où les numéros remplaçaient souvent les prénoms. L'ado rebelle qui se rêvait majorette et se destinait à un CAP de coiffure est venue au cinéma par hasard en accompagnant deux de ses soeurs au casting du film « A nos Amours ». Sur 6000 candidates, c'est elle que Maurice Pialat choisit. Et à raison puisqu'à seize ans elle décroche pour son premier rôle, le César du meilleur espoir féminin 1984.

Sous la direction de Pialat, son mentor avec qui elle a noué une relation quasi filiale, Sandrine fera deux autres films, « Police » (1985) et « Sous le soleil de Satan » (1987). Mais c'est le rôle de Mona, la marginale de « Sans toit ni loi » d'Agnès Varda pour lequel elle remporte le César de la meilleure actrice en 1986 qui pérennise sa fulgurante carrière.

Dès lors, elle tournera avec les plus grands enchaînant les rôles sombres et les films d'auteurs de « La Puritaine » de Jacques Doillon à « Jeanne la Pucelle » de Jacques Rivette, de « Quelques jours avec moi » de Claude Sautet à « Monsieur Hire » de Patrice Leconte à en passant par « Les innocents » d'André Téchiné ou encore « La Cérémonie » de Claude Chabrol qui lui vaut en 1995, la Coupe Volpi de la meilleure actrice à la Mostra de Venise.

Qualifiée d'actrice intello, Sandrine souhaite casser cette image en jouant des comédies ce que lui offre enfin en 2001, le cinéaste Philippe Lioret avec sa « Mademoiselle » et six ans plus tard, Pierre Jolivet dans « Je crois bien que je l'aime ». Si elle goûte au théâtre et s'essaye à la danse en compagnie de la chorégraphe orientale Raja Shakarna, celle qui cherche perpétuellement à se réinventer trouvera son bonheur dans la mise en scène.

En 2006, Sandrine réalise « Elle s'appelle Sabine », un documentaire sur sa soeur cadette autiste lequel sera suivi en 2012 d'une fiction inspirée du premier amour de sa mère, « J'enrage de son absence » avec Alexandra Lamy et William Hurt, le père d'une de ses deux filles. L'année passée, elle signait « Ce que le temps a donné à l'homme », un portrait de Jacques Higelin avec qui elle chante « Duos d'anges heureux » repris sur le dernier CD du chanteur. Et la réalisatrice d'annoncer d'ores et déjà l'écriture de son prochain long métrage qui se tournera en Belgique.

Mais la comédienne ne déserte pas pour autant les écrans. Actuellement, elle incarne une mère confrontée à la radicalisation islamique de sa fille dans « Le ciel attendra » de Marie-Castille Mention-Scharr. Un sujet brûlant d'actualité qui ne pouvait qu'interpeller cette maman de 48 ans mais aussi la virtuose éprise de liberté qui réprouve les religions depuis le jour où sa propre mère a rejoint les Témoins de Jéhovah.

Détail

Prochain direct

à 0h14 sur La Deux

Hep taxi ! 2017 (Boucle de nuit)

Ozark HENRY

Vous aimeriez aussi

Hep Taxi

Extraits

Bonus

Liens promotionnels