Concerts classiques : Concert de l'OPRL, dirigé par Gergely Madaras sur Auvio

tous les sites
Gershwin in Rhythm

La Trois - Classique

Gershwin in Rhythm

Concert de l'OPRL, dirigé par Gergely Madaras

  • 49 min

Gershwin incarne à lui seul l'esprit de Broadway et la magie du jazz symphonique. Fils d'immigrés juifs, gamin des rues de Manhattan, ce self-made man fut à la fois un pianiste virtuose et un immense compositeur. Pour ce concert, l'OPRL et Gergely Madaras se plongent dans ses rythmes électrisants et imaginent un best of orchestral qui réunit aussi bien la pétillante Rhapsody in Blue, les accents mi-jazzy, mi populaires de Catfish Row ou le déhanché des Variations sur " I Got Rhythm ". Le programme : Girl Crazy, ouverture (1930) (orch. Don Rose). Variations pour piano et orchestre sur " I Got Rhythm " (1934) (arr. William C. Schoenfeld) . Yeol Eum Son, piano. Rhapsody in Blue (1924) (orch. Ferde Grofé) . Yeol Eum Son, piano. Catfish Row, suite symphonique de " Porgy and Bess " (1935) (arr. Steven D. Bowen, 1997) 1/ Catfish Row 2/ Porgy Sings 3/ Fugue 4/ Hurricane 5/ Good Morning' Sistuh ! L'Orchestre Philharmonique Royal de Liège est placé sous la direction de Gergely Madaras. Concertmeister : George Tudorache. Piano : Yeol Eum Son. La comédie musicale Girl Crazy (créée le 14 octobre 1930) retrace l'histoire d'un jeune play-boy new-yorkais envoyé par son père administrer un ranch en Arizona dans l'espoir de l'éloigner des hordes d'admiratrices qui le poursuivent habituellement. Il transforme le ranch en hôtel, puis aide le shérif de la ville (un ancien chauffeur de taxi) à dépister son meurtrier potentiel. Rhapsody in Blue reste le tube absolu de George Gershwin. Monument du patrimoine américain, l'œuvre est créée en février 1924, à New York, par le jazz band de Paul Whiteman. La partition est ensuite orchestrée pour une grande formation symphonique. Elle débute par un redoutable glissando de clarinette (influence de la musique klezmer) qui sert d'introduction à un thème léger aux teintes voluptueuses. S'y oppose un second thème, tout en vitesse, avec des notes appuyées, presque martelées. Les deux thèmes se croisent et s'enchevêtrent. Le motif du blues offre ensuite au soliste l'opportunité d'improviser. Dans l'opéra Porgy & Bess, nouvelle fusion entre la musique noire et une écriture " occidentale " que maîtrisait de mieux en mieux le compositeur. Et quoi de plus approprié à son goût des dissonances que l'intrigue proposée par l'écrivain Du Bose Heyward au musicien. Gershwin est satisfait, d'autant plus que le sujet (deux noirs pris dans un marasme affectif suite au déclin de l'économie du coton) se révèle d'une actualité plus que brûlante, après la crise américaine de 1929. L'opéra voit le jour en 1935. Robert Russel Bennett, un ami du compositeur, en tirera une suite symphonique reprenant les principaux moments d'une œuvre quasi cinématographique.

Détail