Edition.Le pianiste accompagnateur de films muets, de Fernand Schirren

tous les sites
Fernand Schirrren, le rythme primordial.
L'info culturelle

Musiq3 - Culture

Fernand Schirrren, le rythme primordial.

Pianiste accompagnateur de films muets et professeur de rythme

  • 8 min

Fernand Schirren (1920-2001) était le fils du peintre fauve Ferdinand Schirren. Il était le pianiste historique de la "Cinémathèque royale de Belgique". Il accompagnait au piano les films muets. Il était aussi professeur de rythme.

Il avait été dans sa prime jeunesse un pianiste prodige, avant d'abandonner une carrière très prometteuse de virtuose dans
les années 1945-1950 où il a notamment accompagné une danseuse étoile espagnole sur la scène de La Monnaie. Il s’est consacré, après la deuxième mondiale, à des recherches sur le rythme. Il deviendra un professeur reconnu dans le milieu de la danse contemporaine. Compositeur pour "Les Ballets du XXe siècle". Maurice Béjart l’engagera comme percussionniste en 1961 dans "Les Quatre Fils Aymon". Il enseignera aussi à "Mudra", l’école de danse fondée par Béjart.

Compositeur, Fernand Schirren est aussi l'auteur et interprète de nombreuses musiques de films qu'un passionné néerlandais, Frederic Vandevelde, vient de réunir sur CD. Schirren a même bricolé des instruments de musique de son cru pour étoffer l'éventail de ses percussions.

Le pianiste accompagnateur de films muets, publié pour la première fois, présente les considérations lapidaires de Fernand Schirren sur l'accompagnement musical des films muets. L’accompagnateur permet au spectateur de faire le vide afin de s’identifier à ce qui se passe à l’écran.

Fernand Schirren, le percussionniste, avait suivi des cours de batterie. L’époque était à la musique concrète et au bruit. Le penseur du rythme avait développé une véritable philosophie. Le son, c’est la vie. C’est dans l’instant que les choses se passent. Le batteur donne dans un art de la performance qui se vit au présent et crée l’événement pour le public.

La librairie CFC à Bruxelles organise le samedi 4 décembre une rencontre plus spectaculaire qu’une conférence traditionnelle. Christophe Piette, programmateur à la Cinematek, présentera l’apport de Fernand Schirren. Fernando Martin, un ancien danseur de "Mudra" donnera une idée du Grand Rythme en utilisant son corps comme caisse de résonance. Le pianiste Jean-Luc Plouvier, responsable artistique de l’Ensemble Ictus, participera également à l’événement qui se déroulera entre 11h et 14H.

Le moment sera animé par Philippe Dewolf qui livre ci-dessus une idée très imagée et synthétique de la psychologie de Schirren :

« Schirren avait une conception du rythme très binaire, faisant répéter les danseurs de Mudra, baguettes à la main, sur les syllabes de pa-pa et ma-man. De même il voyait deux postures fondamentales du corps: le "Boum" totalement détendu, diaphragme et bassin relâchés, et le "Et" poitrine gonflée, torse tendu vers l'avant, à la conquête du monde et du public. Il recommandait aux comédiens, danseurs et musiciens de saluer le public en étant "boum", comme s'ils pratiquaient la charité. »

Christophe Piette au micro de Pascal Goffaux.

Détail