Vivre ici Namur-BW-Luxembourg : Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon sur Auvio

tous les sites
Fauchage sauvage des bords de route : il faut en finir !

Vivacité - Lifestyle

Fauchage sauvage des bords de route : il faut en finir !

Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon

  • 6 min

Nos abords routiers wallons sont fauchés sans discernement, au détriment des abeilles sauvages et autres pollinisateurs pourtant menacés et indispensables au bon fonctionnement des écosystèmes.
L'association Natagora l’importance vitale d’un fauchage plus raisonné pour ces espèces et salue l’initiative de la commune de Nandrin qui met en place un fauchage sélectif et adapté. Après la remise en route des tondeuses qui ont déjà brisé le calme du confinement depuis un moment, c'est au tour du bord des routes de passer chez le coiffeur et il faut bien dire que la mode est essentiellement à la boule à zéro ! Chacun ses goûts bien entendu mais ce qui est certain c'est que les abeilles sauvages détestent ça. Pour Natagora, la pratique exerce clairement une pression de taille (sans jeux de mots) sur l'écologie de ces espèces et des pollinisateurs en général.
Contrairement aux abeilles domestiques qui ont un rayon d'action qui peut s'étendre jusqu'à 3 km, les abeilles sauvages sont des espèces de circuit court. La plupart d'entre elles sont solitaires : une seule femelle par nid collecte donc les réserves alimentaires pour sa progéniture. Elle ne peut pas se permettre des allers-retours longue distance. C'est pourquoi les abeilles sauvages nichent souvent très près des ressources florales qu'elles ont repéré comme étant adéquates : la(les) bonne(s) espèce(s) de fleurs selon qu'elles sont spécialisées ou non et surtout en quantité adéquate. Beaucoup d’espèces creusent leurs nids dans le sol à proximité immédiate des fleurs.

Et c'est là que se joue chaque année une tragédie en ce moment précis : nous leur supprimons brutalement ces fleurs si importantes sur lesquelles elles ont parié pour donner naissance à une descendance. Tondeuses, débroussailleuses, coupes bordures et barres de fauche en tout genre se mettent en action, le plus généralement sans aucune considération pour ces espèces pourtant si importantes pour nos écosystèmes et sur qui pèsent déjà de nombreuses autres menaces



"Dans les zones urbanisées ou les zones d'agriculture intensives , en fait les bords de routes sont souvent les derniers endroits où l'on trouve des fleurs sauvages. Or, ces fleurs sauvages constitue une ressources alimentaire indispensable pour les abeilles et toute une série d'autres pollinisateurs qui trouvent là leur principale source de nourriture pour aussi élever leur progéniture. Ce sont des zones qui sont essentielles pour nos écosystèmes. On ne s'en rend pas toujours compte. " précise Virgine Hess.

Le fauchage tardif : un bon début
Cette technique de gestion des abords routiers réduit les dégâts en imposant une unique coupe annuelle après le 1er août ou le 1er septembre. Mais pour Natagora, la pratique n’est pas suffisante.

"Mis en place en 1995 en Région wallonne et qui invitait les communes à faucher le plus tardivement possible leurs bords de route, de faire une coupe annuelle si possible après le 1er aout, voire le 1er septembre dans l'idéal. Aujourd'hui on est un peu à l'heure du bilan de tout cela et on se rend compte que ce n'est pas mal, mais c'est loin d'être suffisant" nous précise Virginie Hess de Natagora. " Ce fauchage tardif ca parait anodin, mais il est absolument nécessaire"

Détail

Liens promotionnels