#POPUP 12H30 : #PopUp Fanny Guéret sur Auvio

tous les sites
Fashion Week parisienne: Stella Mc Cartney, pionnière d'une mode responsable et durable

Pure - PURE

Fashion Week parisienne: Stella Mc Cartney, pionnière d'une mode responsable et durable

#PopUp Fanny Guéret

  • 5 min

On est en plein FW parisienne, oui et hier c'était notamment le défilé de la styliste anglaise Stella McCartney, une pure écologiste depuis son plus jeune âge, elle a grandit dans la ferme bio de ses parents, Paul le beatle et Linda, végétarienne convaincue, elle défend la cause animale, milite auprès de la Peta, elle utilise des matériaux régénérés, bio, fourrure et cuir sont bannies de ses collections, raison pour laquelle elle habille Joaquin Phoenix lors des cérémonies. Alors la fausse fourrure, oui mais elle est très polluante, et Stella Mc Cartney a été la 1ère créatrice l'an dernier à utiliser la matière de Koba, une fausse fourrure faite de fibres végétales, 63% moins polluante et entièrement recyclable. Stella Mc Cartney pionnière d'une mode plus responsable, plus respectueuse et plus durable, présentait donc hier son défilé automne-hiver 2020-2021 à Paris,  un vestiaire inspiré "de celles qui n’ont pas peur, des pionnières, des visionnaires", et dont chaque pièce était imaginée à partir de matériaux régénérés et traçables.Et à la fin du défilé, surprise, des mannequins dans des costumes d'animaux (vache, crocodile, lapin et cheval), qui ont distribué des arbrisseaux prêts à être replantés et dotés d'une étiquette sur laquelle était écrit: “Nous absorbons le CO2 émis par le défilé afin que son empreinte carbone soit totalement neutre. Planter cet arbre fait partie de la solution”.  C'est bien vu!On rappelle qu'avec plus de 1500 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an, l'industrie de la mode est le 2ème secteur le plus polluant au monde. Chaque année c'est plus de 100 milliards de vêtements et accessoires qui sont vendus à travers le monde : une consommation qui a doublé en seulement 15 ans et qui illustre l'abominable phénomène de la « fast fashion », la mode jetable. J'en profite pour rappel qu'il faut 10 000litres d'eau pour fabriquer un jeans, 2500 litres pour un t-shirt.Et tout ça sans parler du contexte social et des employés, des femmes pour 70%, qui sont traités comme des esclaves modernes.
À la demande du président Macron en mai dernier, l'industrie de la mode a signé un «Fashion Pact» avec 30% des grandes marques et grands groupes qui l'ont signé, l'idée est de réduire l’impact environnemental des secteurs du textile et de la mode sur les océans, le climat et la biodiversité par toute une série de mesures pour atteindre zéro émission nette de gaz à effet de serre en 2050. Parmi les signataires: le groupe Inditex qui détient Zara, Gucci, Chanel, Burberry, Prada, Stella Mc Cartney évidemment, le groupe H&M, Nike, Adidas, Puma...Ce vendredi, on rappelle aussi que Greta Thunberg sera de retour à Bel pour une nouvelle grève du climat, une nouvelle marche qui partira de la gare centrale à 14h, pour tenter de secouer une énième fois les politiques.

Détail

Liens promotionnels