Entrez sans frapper : Richard Malka sur Auvio

tous les sites
Entrez sans frapper

Entrez sans frapper

Séquences 0 / 2

La Première - Culture

Entrez sans frapper

Richard Malka

  • 1 h 29 min

Il publie le roman « Le voleur d'amour » et la BD « Idiss », d'après le livre de Robert Badinter, et est notre invité pour démarrer la semaine.

Dès 11h30, retrouvez la « Bagarre dans la Discothèque » avec Guillermo Guiz et Bernard Dobbeleer.

Dès midi :

La chronique Polar et littérature de genre de Michel Dufranne : le lancement d'un projet littéraire français de fantasy assez ambitieux tant dans la démarche que dans la qualité... Le projet "La tour de garde" dont le 1er tome vient de paraître :
Guillaume Chamanadjian, Capitale Sud #1 - Le Sang de la cité, Aux Forges de Vulcain.

Enfermée derrière deux murailles immenses, la Cité est une mégalopole surpeuplée, constituée de multiples duchés. Commis d'épicerie sur le port, Nox est lié depuis son enfance à la maison de la Caouane, la tortue de mer. Il partage son temps entre livraisons de vins prestigieux et sessions de poésie avec ses amis. Suite à un coup d'éclat, il hérite d'un livre de poésie qui raconte l'origine de la Cité. Très vite, Nox se rend compte que le texte fait écho à sa propre histoire. Malgré lui, il se retrouve emporté dans des enjeux politiques qui le dépassent, et confronté à la part sombre de sa ville, une cité-miroir peuplée de monstres.

L'avocat (de Charlie Hebdo entre autres), scénariste de bandes dessinées et romancier français Richard Malka pour son roman « Le voleur d'amour » (Grasset) et la BD « Idiss », d'après le livre de Robert Badinter (Rue de Sèvre).

« Le voleur d'amour » : « J'ai assisté à ton réveil ce matin, Anna. Je dis « assisté » car il ne me reste que trois matins à vivre et lorsque la fin est imminente, chaque réveil de l'être aimé est un événement. Nous avons échangé un baiser que j'ai écourté pour ne pas te tuer. Il est chaque jour plus difficile de résister... »

Ainsi se confesse Adrian van Gott, le collectionneur d'art sans âge dont nul ne connaît la fortune : dans sa maison, sa forteresse des beaux quartiers de Manhattan, il a amassé des livres, des tableaux, des souvenirs de siècles passés... Adrian est une énigme. Mystérieux, douloureux, épuisé par les siècles déjà vécus, torturé de ne pouvoir toucher la femme qu'il aime...
Qui est-il, et quel drame a-t-il connu dans la Venise des années 1780 avant de découvrir son étrange et monstrueux pouvoir ?
Pour Adrian, l'amour se vole et ne se gagne jamais. Et si aimer une femme à travers les siècles est une malédiction, c'est aussi le plus beau des destins. De Constantinople aux bas-quartiers de la Londres pré-victorienne, du Paris de la Révolution au New-York numérique, un grand roman noir et vampirique.

« Idiss » : « J'ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss. Il ne prétend être ni une biographie, ni une étude de la condition des immigrés juifs de l'Empire russe venus à Paris avant 1914. Il est simplement le récit d'une destinée singulière à laquelle j'ai souvent rêvé. Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage d'amour de son petit-fils. » (Robert Badinter)
Richard Malka et Fred Bernard s'emparent de ce récit poignant et intime pour en livrer une interprétation lumineuse tout en pudeur et à l'émotion intacte.

La chronique « Machins, Machines » d'Hélène Maquet : les « nudges », à l'occasion de la sortie du livre « Souriez, vous êtes nudgé : Comment le marketing infiltre l'état » de Audrey Chabal aux Éditions du Faubourg.

Détail