Entrez sans frapper : Régis Jauffret sur Auvio

tous les sites
Entrez sans frapper

Entrez sans frapper

Séquences 0 / 2

La Première - Culture

Entrez sans frapper

Régis Jauffret

  • 1 h 29 min

Il publie "Le dernier bain de Gustave Flaubert", un roman dans lequel il se met dans la peau de l'un des plus grands romanciers français du XIXe siècle, disparu le 8 mai 1880 à 58 ans, après avoir pris un bain d'eau bouillante, foudroyé par une hémorragie cérébrale...

Dès 11h30, retrouvez la « Bagarre dans la Discothèque » avec Hélène Maquet et Guillermo Guiz.

Et dès midi :

Polar et littérature de genre avec Michel Dufranne : un florilège de romans de genre à lire tant ils sont bons... et différents les uns des autres.

L'écrivain français Régis Jauffret pour son roman "Le dernier bain de Gustave Flaubert" (Seuil).

Conçu à la mi-mars 1821 d'un coup de reins que j'ai toujours eu quelque peine à imaginer je suis né le mercredi 12 décembre à quatre heures du matin. Il neigeait sur Rouen, une légende familiale prétend que ma mère se montra si stoïque pendant le travail qu'on pouvait entendre tomber les flocons sur les toits de la ville. Quant à moi, je serais bien resté quelques années de plus dans le ventre à l'abri de l'imbécillité du monde.
Désespéré de naître j'ai poussé un atroce hurlement. Épuisé par mon premier cri je semblais si peu gaillard qu'on attendit le lendemain pour me déclarer à l'état civil car si j'étais mort entre-temps on en aurait profité pour signaler mon décès par la même occasion.

Le 8 mai 1880 au matin Gustave Flaubert prit un bain. Il décéda peu après dans son cabinet de travail d'une attaque cérébrale sans doute précédée d'une de ces crises d'épilepsie dont il était coutumier. Allongé dans l'eau il revoit son enfance, sa jeunesse, ses rêves de jeune homme, ses livres dont héroïnes et héros viennent le visiter. Il se souvient d'Élisa Schlésinger, la belle baigneuse de Trouville qui l'éblouit l'année de ses quinze ans, de Louise Colet dont les lettres qu'il lui adressa constituent à elles seules un chef-d'œuvre mais aussi de l'écrivain Alfred Le Poittevin qui fut l'amour de sa vie.

Depuis vendredi 16h00, le Théâtre National est occupé par les artistes pour réclamer la réouverture des lieux culturels. On en parle avec le comédien et metteur en scène Denis Laujol.

"Machins, Machines" d'Hélène Maquet : les 15 ans du premier tweet.

Détail