Entrez sans frapper : Leïla Slimani sur Auvio

tous les sites
Entrez sans frapper

Entrez sans frapper

Séquences 0 / 4

La Première - Culture

Entrez sans frapper

Leïla Slimani

  • 1 h 50 min

Dans son nouveau roman "Le pays des autres", le premier tome d'une trilogie, la journaliste et écrivaine franco-marocaine nous emmène au cœur du Maroc, à Meknès, entre les années 1945 et 1955, juste avant l'indépendance du Maroc...

Dès 11h30, retrouvez la « Bagarre dans la Discothèque » avec Corentin Candi et Adeline Dieudonné.

Et dès midi :

"La mort qui tue" avec Adeline Dieudonné : Sylvia Plath.

Leïla Slimani, la journaliste et écrivaine franco-marocaine, qui a reçu le Goncourt en 2016 pour son deuxième roman « Chanson douce » (Gallimard), pour son nouveau roman "Le pays des autres" (Gallimard).
Elle est l'une des invités d'honneur de la Foire. Elle sera en débat le samedi à 16h00 au Théâtre des Mots (thème « La guerre au féminin »). Elle sera aussi en conversation le dimanche à 13h00 au Pavillon marocain et à 15h00 au Théâtre des Mots (où elle parlera de son enfance au Maroc).

En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s'éprend d'Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l'armée française. Après la Libération, le couple s'installe au Maroc à Meknès, ville de garnison et de colons. Tandis qu'Amine tente de mettre en valeur un domaine constitué de terres rocailleuses et ingrates, Mathilde se sent vite étouffée par le climat rigoriste du Maroc. Seule et isolée à la ferme avec ses deux enfants, elle souffre de la méfiance qu'elle inspire en tant qu'étrangère et du manque d'argent. Le travail acharné du couple portera-t-il ses fruits? Les dix années que couvre le roman sont aussi celles d'une montée inéluctable des tensions et des violences qui aboutiront en 1956 à l'indépendance de l'ancien protectorat.
Tous les personnages de ce roman vivent dans «le pays des autres» : les colons comme les indigènes, les soldats comme les paysans ou les exilés. Les femmes, surtout, vivent dans le pays des hommes et doivent sans cesse lutter pour leur émancipation.

« Les chansons de ma mère » de Sébastien Ministru : "Money" de Pink Floyd.

Les sorties ciné avec Hugues Dayez :

- Deux
- The invisible man
- En avant

Détail

Liens promotionnels