Entrez sans frapper : Barbarella et Astro Boy sur Auvio

tous les sites
Entrez sans frapper

Entrez sans frapper

Séquences 0 / 4

La Première - Culture

Entrez sans frapper

Barbarella et Astro Boy

  • 1 h 50 min

D'un côté, Véronique Bergen nous parle de l'astronaute Barbarella, sublime icône SF psychédélique interprétée par Jane Fonda en 1968 dans le film de Roger Vadim. De l'autre, Nicolas Tellop se penche sur le personnage d'Astro, le petit robot inventé en 1952 par Osamu Tezuka et inspiré entre autres du Pinocchio de Carlo Collodi.

Retrouvez « Bagarre dans la Discothèque » dès 11h30, avec Adeline Dieudonné et Corentin candi

Et dès midi :

"La mort qui tue" avec Adeline Dieudonné : Tennessee Williams.

Véronique Bergen pour son livre "Barbarella : une space oddity" (Les Impressions Nouvelles - La Fabrique des Héros).

Être Barbarella, c'est d'abord et avant tout être une femme. Une femme libre et indépendante, émancipée et aventurière, séduisante et fascinante, pleinement inscrite au cœur des mouvements des plus avant-gardistes de son époque, les sixties. Dessinée par Jean-Claude Forest dès 1962 à partir de la plastique, elle-même révolutionnaire de Brigitte Bardot, incarnée au cinéma, de manière immédiatement légendaire, par Jane Fonda pour la caméra de Roger Vadim en 1968, Barbarella brise les tabous comme les images stéréotypées de pin-up de la bande dessinée et du cinéma. Fille de l'espace, elle est aussi une fille de son temps, qui traverse à toute vitesse les galaxies et les récits les plus fantasques de la science-fiction comme les problématiques des plus cruciales de la fin du XXe siècle : l'éthique et l'érotique, la liberté des corps et des esprits, l'antispécisme et le transhumanisme, l'urgence écologique et la critique des modes de gouvernance. Ambassadrice de la paix, Barbarella fait l'amour plutôt que la guerre : sa conquête spatiale est celle du plaisir, son odyssée, sauvage et impromptue, ouvre le champ de tous nos possibles.

Nicolas Tellop pour son livre "Astro Boy : Coeur de fer" (Les Impressions Nouvelles - La Fabrique des Héros).

Lorsque le maître du manga, Osamu Tezuka, donne naissance au personnage d'Astro en 1952, il s'inspire, entre autres, du célèbre roman de Collodi, Les Aventures de Pinocchio. Mais le destin du petit robot est bien différent du pantin de bois, le merveilleux s'étant mué en science-fiction pour explorer d'autres horizons. Rejeté par son géniteur (le Dr. Tenma, chef du Ministère de la Science), vendu à un cirque, il est sauvé par un vieux scientifique idéaliste qui l'élève en champion de justice, garant de l'harmonie entre les hommes et les machines. Mais, pris entre deux mondes, Astro ne peut trouver le sien. Simulacre d'humain plus vrai que nature, créature néanmoins incomplète, orphelin ultime condamné au syndrome de Peter Pan, le petit Astro, l'éternel enfant au cœur de fer ne serait-il pas le dernier des Garçons Perdus ?

Le "Boing Boum Tchak" de Sébastien Ministru : "Le monde n'existe pas" de Fabrice Humbert (Gallimard).

Lorsque Adam Vollmann, journaliste au New Yorker, voit s'afficher un soir sur les écrans de Times Square le portrait d'un homme recherché de tous, il le reconnaît aussitôt : il s'agit d'Ethan Shaw. Le bel Ethan, qui vingt ans auparavant était la star du lycée et son seul ami, est accusé d'avoir violé et tué une jeune Mexicaine. Refusant de croire à sa culpabilité, Adam retourne à Drysden, où ils se sont connus, pour mener l'enquête. Mais à mesure qu'il se confronte au passé, toutes ses certitudes vacillent...

Les sorties cinéma avec Cathy Immelen :

- Bombshell (Scandale)
- Jojo Rabbit

Détail

Liens promotionnels