Entrez sans frapper : À l'ombre des jeunes filles en fleurs et Photographie Arme de Classe sur Auvio

tous les sites
Entrez sans frapper

Entrez sans frapper

Séquences 0 / 4

La Première - Culture

Entrez sans frapper

À l'ombre des jeunes filles en fleurs et Photographie Arme de Classe

  • 1 h 49 min

Un anniversaire avec les 100 ans du Prix Goncourt pour "À l'ombre des jeunes filles en fleurs" de Marcel Proust. Mais aussi une expo autour la photographie sociale et documentaire des années 30 en France et en Belgique...

Retrouvez dès 11h30 « Bagarre dans la Discothèque », avec Nicolas Herman et Bernard Dobbeleer.

Et dès midi :

L'objet Pop de Nicolas Herman : le polo Lacoste.

"Photographie, Arme de Classe", c'est la nouvelle expo du Musée de la Photographie de Charleroi, à voir jusqu'au 19/01.
On en parle avec Charlotte Doyen, collaboratrice scientifique au Musée et en charge de cette exposition avec le Centre Pompidou à Paris.

Organisée à partir des collections de photographies du Centre Pompidou, cette exposition propose un nouvel éclairage sur la photographie sociale et documentaire, émergeant en Europe, particulièrement en France et en Belgique, au début des années 1930. Le Front populaire et les icônes de la Guerre d'Espagne résument encore aujourd'hui largement l'idée d'engagement pendant l'entre-deux-guerres au détriment de cette période essentielle dont le répertoire iconographique constitue un véritable laboratoire du regard social et engagé.

Ce mardi 10 décembre, cela fera 100 ans que Marcel Proust a reçu le Prix Goncourt pour "À l'ombre des jeunes filles en fleurs".
On en parle avec Thierry Laget, auteur du livre "Proust, prix Goncourt. Une émeute littéraire" chez Gallimard (paru le 4 avril dans la collection Blanche).

10 décembre 1919 : le prix Goncourt est attribué à Marcel Proust pour « À l'ombre des jeunes filles en fleurs ». Aussitôt éclate un tonnerre de protestations : anciens combattants, pacifistes, réactionnaires, révolutionnaires, chacun se sent insulté par un livre qui, ressuscitant le temps perdu, semble dédaigner le temps présent. Pendant des semaines, Proust est vilipendé dans la presse, brocardé, injurié, menacé. Son tort ? Ne plus être jeune, être riche, ne pas avoir fait la guerre, ne pas raconter la vie dans les tranchées. Retraçant l'histoire du prix et les manoeuvres en vue de son attribution à Proust, s'appuyant sur des documents inédits, dont il dévoile nombre d'extraits savoureux, Thierry Laget fait le récit d'un événement inouï - cette partie de chamboule-tout qui a déplacé le pôle magnétique de la littérature - et de l'émeute dont il a donné le signal.

Polar et littérature de genre avec Michel Dufranne et deux romans noirs passés sous le radar :

- « Ce que la mort nous laisse », Jordi Ledesman, Asphalte
- « Mécanique de la chute », Seth Greenland, Liana Lévi

Détail

Liens promotionnels