Entrez sans frapper - Boris Cyrulnik - 12/06/2019

tous les sites
Entrez sans frapper

Entrez sans frapper

Séquences 0 / 2

Entrez sans frapper

Boris Cyrulnik

  • 1 h 28 min

Littérature et résilience sont au cœur de son nouvel essai "La nuit, j'écrirai des soleils". Il y croise la vie de grands écrivain (Malraux, John le Carré, Hugo, Sartre, Romain Gary, Genet..) avec son expérience, celle d'un enfant juif abandonné à l'âge de 4 ans... celle de Jean Laborde, qui sera le nom qui l'empêchera de mourir... Boris Cyrulnik est notre invité ce mercredi !

Les sorties ciné avec Cathy Immelen et Nicolas Buytaers :

- Dragged across concrete
- Greta
- The biggest little farm
- Pachamama
- Mes autres vies de chien

Le coup de cœur de Gorian Delpâture : « Charles Manson par lui-même », propos recueillis par Nuel Emmons (Éditions Séguier).

« Si quelqu'un peut expliquer comment c'est arrivé, c'est toi, parce que tu connais bien la prison », dit un jour Charles Manson à Nuel Emmons, qui fut un temps son compagnon de cellule. Ainsi naquit l'idée d'une autobiographie où Manson raconterait sans détours sa vie et ses crimes. Le résultat, écrit à la première personne, est la seule version jamais livrée par Manson de sa furieuse existence : brute de décoffrage, dénuée de tout romantisme et presque entièrement crédible. « Je t'ai confié des trucs dont je n'ai jamais parlé à quiconque », réalisa plus tard Manson. « Mais fallait pas tout écrire ! J'avais une carapace, un truc qui m'immortalisait... Ce bouquin me met à poil. »
Emmons avait donc vu juste en avançant dans son introduction que « le mythe de Charles Manson ne survivra pas à ses propos. »
Depuis qu'il est devenu mondialement célèbre, l'homme connu pour avoir achevé les années 1960 en envoyant sa « Famille » perpétrer d'horribles meurtres au coeur de Hollywood n'a plus cessé d'intriguer : leader d'un culte satanique, tueur par procuration, gourou hippie... Mais qui était-il vraiment ? Comment devient-on le criminel le plus craint des États-Unis ? Que s'est-il passé lors du tragique été 1969 ? Ce livre donne à voir la vérité telle qu'elle est : brute, dérangeante, glaçante.

Le neuro-psychiatre français Boris Cyrulnik pour son livre "La nuit, j'écrirai des soleils" (Odile Jacob).
Il sera ce soir à 18h00 chez Filigranes à Bruxelles.

« Je sais maintenant, grâce aux récits intimes de mon for intérieur, et aux histoires des enfances fracassées, qu'il est toujours possible d'écrire des soleils.
Combien, parmi les écrivains, d'enfants orphelins, d'enfants négligés, rejetés, qui, tous, ont combattu la perte avec des mots écrits ?
Pour eux, le simple fait d'écrire changea le goût du monde. Le manque invite à la créativité. La perte invite à l'art, l'orphelinage invite au roman. Une vie sans actions, sans rencontres et sans chagrins ne serait qu'une existence sans plaisirs et sans rêves, un gouffre de glace.
Crier son désespoir n'est pas une écriture, il faut chercher les mots qui donnent forme à la détresse pour mieux la voir, hors de soi. Il faut mettre en scène l'expression de son malheur.L'écriture comble le gouffre de la perte, mais il ne suffit pas d'écrire pour retrouver le bonheur.
En écrivant, en raturant, en gribouillant des flèches dans tous les sens, l'écrivain raccommode son moi déchiré. Les mots écrits métamorphosent la souffrance. »

« Paroles, Paroles » de Sébastien Ministru : « La petite fugue » de Catherine Le Forestier.

Détail

Entrez sans frapper

Entrez sans Frapper
Entrez sans Frapper

Prochain direct

à 14h30 sur La Première Bxl

Entrez sans Frapper

Extraits

Liens promotionnels