Entrez sans frapper - 2001 de Stanley Kubrick - 11/10/2018

tous les sites
Entrez sans frapper

Entrez sans frapper

Séquences 0 / 2

Entrez sans frapper

2001 de Stanley Kubrick

  • 1 h 29 min

"2001, l'Odyssée de l'espace", l'un des films les plus extraordinaires de l'histoire du cinéma, sorti en salles en 1968, fête cette année ses 50 ans ! On en parle ce jeudi dans l'émission.

Les sorties musique de Xavier Vanbuggenhout :

- Parcels : "PArcels"
- Ibrahim Maalouf : "Levantine Symphony n°1"
- Turner Cody : "The Great Shadow"
- Connan Mockasin : "Jassbusters"?

"Primitive Skateboarding Belgium 1978", c'est un livre publié aux éditions du Caïd et une expo, présentée à Liège, à la Galerie Central, du 12 au 14 octobre et à Bruxelles, à la Galerie MUE, du 18 octobre au 15 novembre.

On en parle avec Marco Laguna, l'un des 2 auteurs du livre et Pascal Mitevoy, la première légende du skate belge.

Didier Mélon fête les 20 ans du Monde est un Village, entouré de 40 artistes le 20 octobre au 140 à Bruxelles.

"2001, l'Odyssée de l'espace" de Stanley Kubrick, l'un des films les plus extraordinaires de l'histoire du cinéma, sorti en salles en 1968, fête cette année ses 50 ans !

À cette occasion, le Festival international du Film de Gand (Film Fest Gent) organise un concert le 18 octobre prochain intitulé "2001 and Beyond : A Symphonic Odyssey", dirigé par Dirk Brossé du Brussels Philharmonic, et qui reprendra des partitions de films qui se passent dans l'espace (Alien, Star Wars, Star Trek, Seul sur Mars).

On en parle avec Dick Tomasovic, chargé de cours en histoire et esthétique du cinéma et des arts du spectacle à l'ULg.

Le "Boing Boum Tchak" de Sébastien Ministru : "Avec toutes mes sympathies" de Olivia de Lamberterie (Stock).

Les mots des autres m'ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu'à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d'écrire. Le suicide d'Alex m'a transpercée de chagrin, m'a mise aussi dans une colère folle. Parce qu'un suicide, c'est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de
se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s'est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j'ai eu de l'avoir comme frère, m'a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d'être triste.
Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »
O. L.

Détail

Prochain direct

à 14h30 sur La Première Bxl

Entrez sans Frapper

Entrez sans frapper

Extraits

Liens promotionnels