Entrez sans frapper - Boualem Sansal - 12/09/2018

tous les sites
Entrez sans frapper

Entrez sans frapper

Séquences 0 / 1

Entrez sans frapper

Boualem Sansal

  • 1 h 29 min

« Que cherchent-ils au ciel, tous ces aveugles ? »
Boualem Sansal publie "Le train d'Erlingen ou La métamorphose de Dieu". Comme dans « 2084 », il continue de décrire la mainmise de l'extrémisme religieux sur les zones fragiles de nos sociétés, favorisée par la lâcheté ou l'aveuglement des dirigeants...

Les sorties ciné avec Juliette Goudot et Hugues Dayez.

L'H.É.R.O.Ï.N.E. de Juliette Goudot : Gala Dali, la femme miroir, l'épouse et la muse de Salvador Dalí, à l'occasion de l'expo qui lui est consacrée et qui à voir jusqu'au 14 octobre au Musée national d'Art de Catalogne.

L'écrivain algérien Boualem Sansal pout son roman "Le train d'Erlingen ou La métamorphose de Dieu" (Gallimard). Il sera ce mercerdi soir à 18h30 à la Librairie Pax à Liège.

«Je plaisante, je plaisante, mais la situation est affreusement désespérée. L'affaire était louche dès le début pourtant, l'ennemi n'est pas tombé du ciel, il sortait bien de quelque trou, verdammt, un enfant l'aurait compris. Quand avons-nous cessé d'être intelligents ou simplement attentifs?»

Ute Von Ebert, dernière héritière d'un puissant empire industriel, habite à Erlingen, fief cossu de la haute bourgeoisie allemande. Sa fille Hannah, vingt-six ans, vit à Londres. Dans des lettres au ton très libre et souvent sarcastique, Ute lui raconte la vie dans Erlingen assiégée par un ennemi dont on ignore à peu près tout et qu'elle appelle «les Serviteurs», car ils ont décidé de faire de la soumission à leur dieu la loi unique de l'humanité. La population attend fiévreusement un train qui doit l'évacuer. Mais le train du salut n'arrive pas.
Et si cette histoire était le fruit d'un esprit fantasque et inquiet, qui observe les ravages de la propagation d'une foi sectaire dans les démocraties fatiguées ?

Comme dans 2084, Boualem Sansal décrit la mainmise de l'extrémisme religieux sur les zones fragiles de nos sociétés, favorisée par la lâcheté ou l'aveuglement des dirigeants.

« Paroles, Paroles » de Sébastien Ministru : « J'ai deux amours » de Josephine Baker.

Détail

Prochain direct

à 14h30 sur La Première Bxl

Entrez sans Frapper

Entrez sans frapper

Extraits

Liens promotionnels