Entrez sans frapper : Viggo Mortensen/Saule/Jules Adam/Sébastien Ministru sur Auvio

tous les sites
Entrez sans frapper 24/06/2021
Entrez sans frapper

La Première - Culture

Entrez sans frapper 24/06/2021

Viggo Mortensen/Saule/Jules Adam/Sébastien Ministru

  • 47 min

La chronique "Upperculte" de Jules Adam : The Velvet Underground and Nico (1967).

Viggo Mortensen pour son film "Falling", qui sort le 14 juillet.

John vit en Californie avec son compagnon Eric et leur fille adoptive Mónica, loin de la vie rurale conservatrice qu'il a quittée voilà des années. Son père, Willis, un homme obstiné issu d'une époque révolue, vit désormais seul dans la ferme isolée où a grandi John. L'esprit de Willis déclinant, John l'emmène avec lui dans l'Ouest, dans l'espoir que sa soeur Sarah et lui pourront trouver au vieil homme un foyer plus proche de chez eux. Mais leurs bonnes intentions se heurtent au refus absolu de Willis, qui ne veut rien changer à son mode de vie...

Saule pour son nouvel album "Dare-dare". En concert le 11 juillet à Lasemo à Enghien, le 17 juillet aux Anciens Abattoirs de Mons, le 21 juillet aux Francofolies de Spa, le 29 octobre au Théâtre 140 à Bruxelles, le 9 décembre à la Ferme du Biéreau à Louvain-la-Neuve...

Le "Boing Boum Tchak" de Sébastien Ministru : « Passé composé » d'Anne Sinclair (Grasset).

« Je me suis longtemps refusée à imiter les confrères qui publient leurs Mémoires, persuadés que leur moi mérite exhibition et que les épisodes de leur vie personnelle et professionnelle suscite l'intérêt. Le journalisme est un métier comme un autre et la télévision n'est souvent qu'une usine à baudruches. A tous ceux qui m'interrogeaient à ce sujet, je n'ai cessé de déclarer qu'à ce petit jeu narcissique, on ne me prendrait pas. Publier cet ouvrage m'oblige à manger mon chapeau. Me voici à mon tour piégée dans ce paradoxe : écrire comme tout le monde, en espérant intéresser tout le monde à une vie qui ne serait pas celle de tout le monde. Il faut assumer ses contradictions et ne pas avoir peur de se désavouer. C'est dit... Les personnes que je croise me regardent comme une vieille connaissance à laquelle elles associent deux images contradictoires : la présentatrice d'une émission qui fut célèbre il y a plus de vingt ans et qui demeure dans la mémoire collective ; la femme qui fit, à son corps défendant, des milliers de « une » de journaux à l'occasion d'un scandale planétaire impliquant son mari. N'étant pas seulement l'une et ne me reconnaissant pas dans l'autre, je me demande ce qui, de tout cela, peut rester pertinent. Je vais tenter d'être juste. Pas exhaustive mais sincère. Je parlerai de mes parents, de cette enfance très protégée qui aurait pu mettre hors de ma portée les armes nécessaires pour lutter dans la vie ; je convoquerai certains personnages hauts en couleur que j'ai eu la chance de croiser et tenterai de brosser le portrait le plus fidèle possible du monde des médias tel que je l'ai connu ; j'évoquerai les grands bonheurs de la vie et les épreuves qui l'ont écorchée... » (A. S.)

Détail