Dites-moi - Maria Joao Pires (3/7) - 21/04/2017

Retour en arrière × Vider le champs
Dites-moi

Dites-moi

Maria Joao Pires

  • 64 minutes

Vous aimez Dites-moi ?

Ajouter cette émission à vos favoris et soyez tenu au courant des nouveaux épisodes.

Emission réalisée en 1989.
Michèle Cédric s'entretient avec Maria Joao Pires, pianiste portugaise née à Lisbonne le 23 juillet 1944.

Véritable enfant prodige, pianiste de renommée international, Maria Joao Pires doute chaque jour. Si elle essaie d'être une interprète, elle n'a jamais eu l'impression d'être véritablement une professionnelle et le fait d'être payée pour son métier d'artiste la gêne énormément. Est-elle seulement pianiste?

Joao comme elle aime qu'on l'appelle, petite, menue, fragile, n'est pas du tout sûre de son talent et a même tendance à se minimiser et à être critique envers elle-même.

Pourtant, à 3 ans, elle jouait d'oreille ce que sa soeur apprenait au piano et donnait son premier récital.

A 8 ans, elle apparaissait pour la lère fois en concert avec orchestre. Peut-être a-t-elle éprouvé très tôt le besoin de sentir des choses, de s'exprimer pour composer un manque? Elle garde de son enfance des images très mélangées.
Elle se souvient qu'elle était très seule, vu la différence d'âge qui existait entre elle, son frère et sa soeur et qu'à la mort de son père, l'ambiance devint très lourde. Alors le piano, un refuge?

De l'Allemagne (Munich), où elle a vécu pendant 5 ans pour ses études, où elle s'est mariée à 20 ans, elle garde un très mauvais souvenir.

"Je ne crois pas à l'enseignement dans l'art en général" dit-elle. Mais je comprends qu'on puisse avoir besoin d'appuis pour apprendre à se découvrir".

Ce qui ressort le plus du caractère de Maria Joao Pires, c'est son sentiment d'insécurité qui est encore présent en elle comme lorsqu'elle avait 4 ans.

"Ce que pense le public de moi ne résout pas mon problème personnel.
Si les gens pensent du bien de moi, je me sens insécurisée, parce que je ne les crois pas. S'ils pensent du mal de moi, je suis d'autant plus insécurisée parce qu'ils ont raison..."

Maria Joao Pires n'aime pas la scène par peur de décevoir. Elle pensait abandonner ses concerts en public pour ne plus se consacrer qu'aux enregistrements de disques. Depuis, elle a changé d'avis, peut-être grâce à sa rencontre avec Claudio Abbado le chef d'orchestre qu'elle admire le plus...

Pour le reste Maria Joao est mère de 4 filles. Elle aime la nature, la campagne, surtout l'Alentejo au sud du Tage, où elle se fait construire une maison, un vieux rêve... Elle compte y traire les vaches et fabriquer son pain tout en travaillant son piano dans la tête et en observant les étoiles...

Détail

Prochain direct

à 11h18 sur La Trois

Dites-moi

Anne-Marie Ferrières

Vous aimeriez aussi

Dites-moi

Liens promotionnels