Concours Reine Elisabeth : Frank Braley et Victor Julien-Laferrière - Le Poète et l'Introverti sur Auvio

tous les sites
Concours Reine Elisabeth : Session été

La Trois - Classique

Concours Reine Elisabeth : Session été

Frank Braley et Victor Julien-Laferrière - Le Poète et l'Introverti

  • 1 h 20 min

Frank Braley, le Poète. Premier Prix Session Piano 1991. Frank Braley avait enthousiasmé le public du Concours Reine Elisabeth en 1991 avec le Concerto n° 4 de Beethoven. Un choix rare en finale mais qui lui avait souri. C'est la preuve qu'il ne faut pas spécialement choisir un concerto de concours en finale pour séduire le jury. Il est l'antithèse du showman. Il a l'âme d'un poète, toujours sobre et en retenue, jamais dans la démonstration, toujours dans le bon goût, dans le raffinement français. Il reste fidèle au compositeur et n'essaie pas de se mettre en avant. Il a beaucoup de présence, d'élégance, d'assurance, son visage est éclatant et expressif. Le public belge l'a adopté, il a tissé des liens très forts avec la Belgique. Il a d'ailleurs été directeur musical de l'Orchestre Royal de Chambre de Wallonie basé à Mons durant plusieurs années. Ce soir, vous pourrez le revoir dans le Concerto pour piano n° 4 en sol majeur op. 58 de Ludwig van Beethoven et dans le portrait que nous lui avions consacré lors du concert de clôture du Concours Reine Elisabeth. Victor Julien-Laferrière, l'Introverti. Premier Prix Session violoncelle 2017. L'autre musicien mis à l'honneur dans ce programme est le violoncelliste Victor Julien-Laferrière. Lui aussi est un artiste dans l'âme, très sensible, toujours dans l'élégance et le raffinement. Il réfléchit beaucoup, est très cultivé. Il est issu d'une famille de musiciens et donc, pour lui, faire de la musique est une activité naturelle. Lorsque le président du Jury a annoncé qu'il avait remporté le Premier Prix, en 2017, il était heureux mais il n'a pas explosé de joie. Son bonheur était intérieur. Il n'a rien d'un extraverti, il garde ses sentiments pour lui. Il n'aime pas spécialement se mettre en avant et se sent donc plus attiré par la musique de chambre où il peut créer une plus grande intimité avec des amis, juste pour le plaisir de faire de la musique ensemble. Il conçoit la musique comme un partage. Pourtant, il excelle également dans l'exercice du concerto où le soliste doit affirmer sa présence sur scène. Dans le Concerto n° 1 de Chostakovitch, il avait trouvé le bon ton ironique et grinçant du thème en 4 notes du premier mouvement. Il avait impressionné par sa force tranquille, par son côté inspiré dans les passages plus lents et par son habilité et sa dextérité dans les cadences. Vous pourrez revoir sa prestation ainsi que le portrait diffusé lors du concert de clôture du premier violoncelliste vainqueur de l'histoire du Concours Reine Elisabeth. Il joue le Concerto pour violoncelle n° 1 en mi bémol majeur op. 107 de Dmitri Chostakovitch. Réalisation : Thierry Loreau.

Détail

Les chroniques, reportages, interviews

Chargement ...
Liens promotionnels