Vivre ici Namur-BW-Luxembourg : Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon sur Auvio

tous les sites
Collecte des organiques, on s'y met !

Vivacité - Lifestyle

Collecte des organiques, on s'y met !

Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon

  • 5 min 20 s

Notre séquence Zéro Dechet ! On s'intéresse aujourd'hui, en compagnie de Laetitia Canu de l'INBW à la collecte des organiques
En Brabant wallon, presque la totalité des 28 communes sont passées à la collecte des organiques
"Alors que les organiques sont collectés depuis un certain temps sur les zones du Bep et Idelux, sur le Brabant wallon, nous pouvons parler d’une nouveauté sur la grande majorité des communes puisque 23 ont démarré cette collecte sélective ces 2 dernières années. A terme, il faudra qu’elles y passent toutes au vu de la directive européenne qui prévoit pour décembre 2023 que les déchets organiques soient collectés séparément et recyclés" précise Laetitia

Sachez que la collecte se fait soit via le sac compostable réglementaire de 25 l et estampillé du logo INBW soit via les conteneurs à puce et celle-ci a lieu toutes les semaines en même temps que les déchets résiduels

Quels types de déchets ?
"Principalement, vos déchets alimentaires, de cuisine comme les restes de repas, mais attention, on évite le gaspillage alimentaire ! Vous pouvez également y mettre les épluchures, des aliments périmés sans leurs emballages naturellement, les filtres et marc de café, sachets de thé, tout ce qui est coquilles d’œufs, de noix, de moules, etc, …. En dehors des déchets alimentaires, vous pouvez aussi y mettre vos petits déchets de jardin, fleurs fanées par exemple. Si vous avez des serviettes en papier, nappes, n’hésitez pas cela absorbera des jus des aliments plus humides. Attention les langes sont interdits, même ceux considérés comme biodégradables !"

Le citoyen adhère-t-il ?
"Sur la zone du BW, pas suffisamment. Il est possible que certaines rumeurs infondées découragent certains de faire cet effort de tri pensant, à tort, que celui-ci serait vain car les déchets seraient mélangés au centre de tri, ce qui est totalement inconcevable et faux, bien sûr ! Ce qui a alimenté cette fausse information démarre en réalité d’une pratique née afin d’optimaliser les trajets des camions de collecte. Il s’avère qu’en voulant bien faire, cela a finalement desservi cette collecte. Il faut savoir que les sacs de déchets organiques présentés par les citoyens sont peu nombreux et les collecteurs rationnalisent au mieux les tournées."



Selon les zones collectées, soit le collecteur utilise un camion bi-compartimenté et sépare directement les matières dans les deux compartiments, soit il utilise le camion non-compartimenté. Dans ce dernier cas, soit il ne collecte que les sacs de déchets résiduels dans le camion, puis la camionnette passe chercher les sacs de déchets organiques, soit il accumule des sacs " organiques " dans la trémie sans faire fonctionner le compacteur et les décharges à des points de passage de la camionnette.

Si un seul camion est affecté à la collecte sur une commune, il est également arrivé que les ramasseurs stockent les quelques sacs de matières organiques entre la cabine du camion et le bouclier arrière de la benne.



Force est de constater que si le collecteur n’agissait pas ainsi, pour l’instant, il roulerait avec un compartiment se remplissant rapidement et donc lourd et l’autre ne se remplissant quasi pas et donc léger provoquant un déséquilibre de charge dangereux pour la circulation du camion et dommageable pour le châssis. Cela constituerait un risque que le collecteur ne veut pas courir.

Par ailleurs, cela signifierait que le collecteur devrait aller vidanger le camion dès que le compartiment " déchets résiduels " serait rempli, et ce, même si le second compartiment était quasi vide.

Il est évident que dès que les quantités seront plus importantes et que les deux compartiments se rempliront à un rythme similaire, le collecteur aura avantage à collecter l’ensemble des rues en camion bi-compartimenté en effectuant directement la séparation des déchets.

Conclusions : L’organisation de la double collecte n’a de sens que si on atteint des quantités suffisantes, au plus les citoyens participeront à la collecte sélective des déchets organiques, au mieux ce sera pour l’environnement et au plus vite la collecte pourra se faire comme la théorie l’exige.

Enfin, sachez que les déchets sont traités par biométhanisation et transformés en énergie verte (gaz, électricité et chaleur) et en amendement de sol (compost),

Détail