Vivre ici Namur-BW-Luxembourg : Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon sur Auvio

tous les sites
Certains jeunes risquent de développer une phobie scolaire

Vivacité - Lifestyle

Certains jeunes risquent de développer une phobie scolaire

Vivre ici Namur, Luxembourg et Brabant wallon

  • 4 min 5 s

L’année 2020 aura été marquée par la fermeture des écoles, chose qu’on n’aurait sans doute jamais pensé vivre dans notre société
Beaucoup de jeunes l’ont d’ailleurs assez mal vécu : pas simple pour tout le monde de s’adapter aux cours en ligne et nombreux sont ceux qui ont décroché. En conséquence, ils ont parfois bien du mal à se remettre dans le bain en ce début d’année, parfois jusqu’à s’en rendre malade.. C'est notre chronique Infor Jeunes en compagnie d'Adeline Dujardin. "Certains professionnels du monde médical ou de l’enseignement sont convaincus que la fin d’année scolaire précédente a laissé des traces au niveau de la santé mentale des jeunes, leur moral en a généralement pris un coup, de différentes manières, tout comme les adultes " nous précise-t-elle. "On ne peut pas dire que les vacances aient été fort joyeuses donc il est déjà difficile de se sentir reboosté moralement pour la rentrée. Et à côté de ça, l’été a fatalement rallongé la période durant laquelle les jeunes ne se sont pas rendus à l’école, ce qui ne facilite pas la reprise du rythme"
La crise sanitaire peut aussi être source de stress
"Imaginez un élève qui est déjà d’ordinaire très sensible, très vite chamboulé et qui se retrouve à devoir porter un masque toute la journée à l’école, parce que sans ça il risque d’attraper coronavirus ou de le propager dans sa famille … ça ne peut pas être sans conséquence sur son bien-être (...) en dehors du coronavirus, il peut y avoir énormément de facteurs à l’origine de la phobie scolaire, comme le harcèlement à l’école, l’angoisse à l’idée d’avoir de mauvaises notes parce que la pression des parents est trop forte, ou encore un problème très personnel qui engendre un inconfort à l’école, etc. "

Il y a bien sûr une distinction à faire avec le stress ponctuel, comme lors de la rentrée ou avant les examens. Ce stress-là, il est normal et " sain " si l’on peut dire. Mais pour certains, ce stress, au lieu d’être ponctuel, il est constant, ce qui n’est plus du tout sain et qui devient tout à fait problématique.il y a bien sûr une distinction à faire avec le stress ponctuel, comme lors de la rentrée ou avant les examens. Ce stress-là, il est normal et " sain " si l’on peut dire. Mais pour certains, ce stress, au lieu d’être ponctuel, il est constant, ce qui n’est plus du tout sain et qui devient tout à fait problématique.



Ce stress peut entrainer des problèmes de santé..
"Le jeune qui se plaint chaque matin d’avoir mal au ventre ou à la tête avant de partir à l’école, il y a peu de chance que ce soit de la comédie, mais plutôt l’une des manifestations de son angoisse. Les troubles du sommeil peuvent également en être une conséquence, avoir du mal à s’endormir ou enchainer les cauchemars … "



On peut conseiller de ne pas prendre ces signes à la légère et d’en discuter avec l’enfant s’il ne l’a pas fait de lui-même ; parce que les conséquences de cette angoisse, comme les maux de ventre le matin, par exemple, peuvent entrainer de nombreuses absences scolaires, qui ne font que creuser le gouffre : difficultés à rattraper les cours manqués, mauvaises notes, décrochage,… un cercle vicieux qu’il faut stopper avec une intervention adéquate, quitte à se faire aider par un professionnel de la santé.

"On ne le dira jamais assez, quand on éprouve un mal-être, il faut en parler. Et c’est plus que valable pour la phobie scolaire"

Détail

Extraits

Chargement ...
Liens promotionnels