1000 jours dans l'Histoire : FONCTIONNAIRE, LE MAL AIMÉ sur Auvio

tous les sites
1000 Jours dans l’Histoire

La Première - Histoire

1000 Jours dans l’Histoire

FONCTIONNAIRE, LE MAL AIMÉ

  • 24 min

Nous sommes à la fin du dix-neuvième siècle. Dans « Mon cœur mis à nu », un recueil de fragments inachevés signé Charles Baudelaire, publié à titre posthume en 1887, on peut lire ceci : « Un fonctionnaire quelconque, un ministre, un directeur de théâtre ou de journal, peuvent être quelquefois des êtres estimables ; mais ils ne sont jamais divins. Ce sont des personnes sans personnalité, des êtres sans originalité, nés pour la fonction, c’est-à-dire pour la domesticité publique. » Georges Clémenceau, qui marquera tant l’histoire de la IIIe République française, aura la dent très dure lui aussi, en disant "l'administration est un lieu où les gens qui arrivent en retard croisent (...) ceux qui partent en avance" ou encore « les fonctionnaires sont un peu comme les livres d'une bibliothèque : ce sont les plus haut placés qui servent le moins." Plus récemment, Coluche en rajoutera une couche "Un fonctionnaire ne doit pas dormir au bureau le matin sinon il ne sait plus quoi faire l'après-midi." Le fonctionnaire : pourquoi tant de moqueries, de mépris ? Tant de haine parfois ? Retournons aux sources de cette classe sociale à part entière en observant le cas belge.

Détail