RTBFPasser au contenu
Rechercher

Tarmac

"ZushiBoyz" de Caba et JJ : la rareté, le bon plan pour les artistes ?

Jean Jass et Caballero sur la scène de Couleur Café 2022.
29 juil. 2022 à 14:16Temps de lecture2 min
Par Guillaume Guilbert

Caballero et JeanJass viennent de droper le volume 2 de "ZushiBoyz", un projet en édition limitée uniquement disponible en vinyle. Résultat : tout est parti en un quart d’heure ! Promotionner leur album comme une sorte d’objet de collection a donc été payant pour les deux Belges qui ne sont pas les seuls miser sur la rareté.

Il fallait être très vif pour avoir une chance de commander "ZushiBoyz Vol. 2", le nouveau projet boom-bap de Caballero et JeanJass. Le rendez-vous était donné ce jeudi à 18h pour les fans voulant se procurer un des 2500 exemplaires du vinyle. C’est d’ailleurs le seul moyen d’écouter le projet qui ne sortira ni en CD, ni sur les plateformes de streaming. D’après le site Diggers Factory en charge de la vente, il y a eu un million de requêtes en 5 minutes (la plateforme a d’ailleurs crashé pendant quelques minutes), une moyenne de 170 ventes par minute avec un pic à 600, le tout pour un sold out annoncé en… 14 minutes ! 

Loading...

Des futures reliques ?

De manière générale dans l'industrie musicale, lorsqu'un artiste sort un album, l'objectif est de multiplier les canaux de distribution via lesquels le public pourra l'écouter. Pour atteindre l'audience la plus large possible, l'album sort donc en CD, en vinyle et sur toutes les plateformes de streaming les plus populaires. Dans le cas de "ZushiBoyz", c'est tout le contraire : limiter la distribution au maximum pour faire du vinyle un objet rare, presqu'une pièce de collection réservée à une poignée de chanceux.

Le disque pourrait même devenir une relique dans quelques années puisque le volume 1 de "ZushiBoyz" sorti dans les mêmes conditions se revendait déjà à plusieurs centaines d'euros sur des sites de seconde main après sa sortie (vendu de base à 30€). On peut d'ailleurs toujours en trouver sur certains sites à plus de 400€. Si c'est plutôt un joli coup marketing pour le carolo et le bruxellois, ils sont loin d'être les premiers à opter pour cette stratégie.

Pas une première

Le dernier exemple en date, c'est le dernier album d'Orelsan. Le rappeur a sorti quinze éditions limitées de "Civilisation", chacune correspondant à l'une des tracks du projet. Les différentes éditions avaient un nombre d'exemplaires différents : le cd du morceau "La quête" dédicacé par l'artiste était par exemple limité à 500 exemplaires. Il n'en fallait pas plus pour que la machine s'emballe : cette version a été sold out en quelques minutes, et certains de ces albums se sont retrouvés en vente à prix d'or sur plusieurs sites.

 

Et la stratégie de la rareté ne date pas d'hier : le Wu Tang Clan a déjà marqué les esprits avec son édition unique de leur album "Once upon a time in Shaolin". Vendu comme une réelle œuvre d'art en 2015 pour la coquette somme de 2 millions de dollars, l'album n'a donc jamais été écouté par le grand public, ce qui lui donne un aspect encore plus légendaire. Citons aussi le regretté Nipsey Hussle qui a vendu deux albums en seulement 1000 et 60 exemplaires en version physique. 

À l'heure de la consommation effrénée de la musique et de la surabondance de sorties musicales, cette stratégie de la rareté pourrait-elle s'avérer être un bon moyen de se remettre à prendre le temps d'écouter et d'apprécier les albums?

De nombreux artistes déplorent le fait de voir leur projet patiemment produit, vite mis de côté face à la masse de nouveaux albums arrivant sur le marché. En faire un objet de collection permet donc peut-être de leur faire une place à part dans le cœur des fans. C'est tout ce qu'on souhaite à Caba et JJ.

Articles recommandés pour vous