RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Zello, l’appli préférée talkie-walkie des convois "de la liberté"

Russian network operators to block Zello walkie-talkie application

- "Gilbert, ici (prénom d’emprunt), dis, y a un gars qui me répond 'non peut-être' ! Ca veut dire quoi ? J’pige pas ?"

- "T’inquiète, en Belgique, ça veut dire "oui, sûrement !", répond un autre participant du convoi dit "de la liberté".

Cette conversation en live se déroule sur Zello, une application de "push-to-talk", qui permet de parler en temps réel à des personnes ou à des groupes, en appuyant simplement sur un gros bouton cerclé de rouge. Le lien du canal est partagé sur les groupes Telegram "Belgique – Convoi de la Liberté" ou autres groupes apparentés.

Les participants (un peu moins de 600 ce matin) s’échangent les infos sur les entrées sur Bruxelles : voitures, mobile-homes, quelques camions. Ils savent qu’ils sont écoutés par des médias sous pseudo ou la police. Le groupe est ouvert. "Hé, bonjour les bleus", "Bonjour la policeeee !"

Ils s’inquiètent du sort des véhicules bloqués par la police sur le parking C du Heysel. "On vous avait pourtant bien dit que c’était un piège !" Un autre conseille aux voitures bloquées sur le parking de Houdeng d’essayer d’utiliser la sortie arrière, de faire demi-tour.

"Nous, on bloque avenue Louise, hein, c’est parti !". "On est Français, on est passés par Uccle, je suis pas sûre comment ça se dit, est-ce que quelqu’un peut nous dire par où on pourrait passer ?"

Manque d'organisation

Un groupe très motivé, stimulé, mais assez désorganisé et parfois tendu. Les insultes volent, la tension monte à propos de trolls qui infiltrent le réseau, écoutent, voire diffusent le direct sur Facebook. Le site parodique Nordpresse et son fondateur Vincent Flibustier en prennent pour leur compte. Ils l’éjectent des conversations.

Des modérateurs appellent à rester polis, à garder le canal pour les informations essentielles. Voix françaises, voix belges s’entremêlent, avec les accents prononçant de Ruïsbroek à Ruiiisbrouk.

Un groupe part de Lille seulement à 11h18 et cherche des informations pour partir vers Bruxelles. Un autre annonce du ravitaillement à venir : soupe aux pois et mitraillettes. Un petit groupe en veille au centre-ville de Bruxelles attend les consignes pour agir.

"Y a quelqu’un Boulevard de Waterloo, là ?", demande un autre. Une autre se plaint que cela change toutes les heures : "On dit d’aller bloquer, puis plus… Faudrait savoir ".

Un Français renchérit "On dirait Paris samedi, là…". 

Un participant indique l'arrivée de 80 véhicules à Neufchâteau. Un autre demande au modérateur de bloquer "O12". Un troisième s'inquiète de ce qu'ils feront par rapport à la RTBF : l'une des cibles parmi d'autres des convois, mentionnée dans une liste de lieux à viser. 

Consigne est donnée d'aller au Parlement à 14h. "Il y a à peu près 4 parlements à Bxl, on va auquel? ", demande un Belge. "Le parlement européen", répond un autre, place du Luxembourg. 

Convois dit de la liberté : Bloqués par la police

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Débat : La Belgique déroule le tapis rouge pour accueillir le dictateur égyptien, ça vous choque ?

C'est pas fini

Les Convois dits "de la liberté" moins liés aux revendications sanitaires qu'"aux conditions d’existence des personnes"

Coronavirus

Articles recommandés pour vous