RTBFPasser au contenu

Belgique

"On n’est pas au chômage pour un chèque ad vitam aeternam" rappelle Yvan Verougstraete (Les Engagés)

L'invité de Matin Première: les 2 vice-présidents des "Engagés", Yvan Verougstraete et Gladys Kazadi

Quels changements pour les "Engagés"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

23 juin 2022 à 08:08 - mise à jour 23 juin 2022 à 13:441 min
Par RTBF INFO

Après son manifeste récemment adopté, le nouveau mouvement Les Engagés (ex-cdH) procédait ce 22 juin à une élection en interne en vue du renouvellement de sa présidence. Et c’est Maxime Prévot qui a sans surprise été réélu avec plus de 80% des voix.

A ses côtés se hissent Yvan Verougstraete, fondateur de Medi Makert, et Gladys Kazadi, députée bruxelloise et échevine de Berchem-Sainte-Agathe. Les deux nouveaux vice-présidents étaient invités sur le plateau de Matin Première pour revenir sur les bases politiques de cette refondation qu’a connu le parti.

Alors que le manifeste préconise l’étourdissement obligatoire, le mouvement a laissé aux députés bruxellois la liberté de vote. Sur les cinq députés, trois ont voté à l’encontre de la position du parti et les deux autres se sont abstenus. Ce même débat qui a secoué le Parlement bruxellois ces dernières semaines ne serait-il pas justement le signe d’une fracture au sein des Engagés entre Bruxellois et Wallons ? "Il faut pouvoir entendre que pour certaines personnes, il y a une sensibilité par rapport à ces questions", a indiqué Gladys Kazadi. Et d’ajouter : "C’est aussi un marqueur d’un mouvement participatif. On ne peut pas être d’accord sur tout". Une liberté de conscience qui sera d’ailleurs appliquée à tous les débats éthiques, comme c’était déjà le cas avant.

Autre sujet amené par cette nouvelle organisation, et peut-être l’un des changements les plus significatifs entre le programme du cdH et celui des Engagés : le shift fiscal. Si le cdH a toujours dénoncé cette logique sur le marché de l’emploi, le nouveau mouvement politique se repositionne sur le sujet, avec l’ambition de taxer les pollueurs, aller chercher l’argent chez les plus grandes fortunes, mais également chez les chômeurs.

"Le bien-être des gens passe aussi par le travail. Je pense qu’on doit remettre le travail au cœur de nos priorités en diminuant les charges, en donnant un cadre pour que ce travail puisse permettre aux gens de s’épanouir et se développer, et aussi en leur disant qu’on n’est pas là pour un chèque ad vitam aeternam au chômage", a développé Yvan Verougstraete au micro de Thomas Gadisseux.

Sur le même sujet

20 mai 2022 à 10:04
2 min
14 mai 2022 à 19:31
2 min