Diables Rouges

Yannick Carrasco : "Je serai un papa comme celui que je n’ai pas eu : présent et attentif"

04 mars 2022 à 06:00 - mise à jour 05 mars 2022 à 10:19Temps de lecture1 min
Par Pierre Deprez

Yannick Carrasco, l’inépuisable ailier gauche des Diables et de l’Atletico de Madrid, on connaît. Beaucoup moins l’homme, discret voire timide. Mais fier futur papa. Il s’est (un peu) confié à la RTBF.

Yannick Carrasco fuit les médias et la vie publique

Obtenir une interview de Yannick Carrasco tient presque du miracle. Cela faisait près d’un an que nous l’avions sollicité, qu’il n’avait pas dit "non", mais qu’il ne donnait pas suite. Puis il a accepté, non sans nous répéter que ce n’était pas sa "tasse de thé" comme on dit.

"C’est vrai, je n’aime pas les interviews. J’aime être paisible dans ma vie de tous les jours. Avant j’étais méfiant vis-à-vis des médias, maintenant ça va mieux, mais je suis quelqu’un de réservé. Par exemple, je ne suis pas très présent sur les réseaux sociaux".

Le milieu de terrain belge de l’Atletico Madrid Yannick Ferreira-Carrasco célèbre le premier but de son équipe lors du match de football de la ligue espagnole entre le FC Barcelone et le Club Atletico de Madrid au stade Camp Nou de Barcelone le 6 février
Le milieu de terrain belge de l’Atletico Madrid Yannick Ferreira-Carrasco célèbre le premier but de son équipe lors du match de football de la ligue espagnole entre le FC Barcelone et le Club Atletico de Madrid au stade Camp Nou de Barcelone le 6 février © AFP or licensors

Yannick veut être un papa comme il aurait voulu en avoir un

Dans quelques mois, l'épouse de Yannick, Noémie Happart (Miss Belgique 2013) mettra au monde un petit Carrasco Jr. A 28 ans, le Bruxellois s'en réjouit par avance.

 "Je me réjouis, même si par rapport à mon métier cela ne va rien changer. Ce bébé sera très très important aussi. Tout le monde dit que c’est magique, je suis impatient de vivre cela. Quel type de papa je vais être, c’est difficile à prévoir, mais en tout cas je serai un papa présent. Je n’ai pas eu de la chance avec mon père donc je veux que ce soit différent avec mon fils."

Pour un garçon qui aime le foot, c’est important d’avoir un papa, même si ma mère a été super.

"L’absence de mon père a forgé mon caractère, et ma mère a pris les deux rôles. Mais chaque enfant a besoin de ses deux parents, et pour un petit garçon dans le milieu du foot, un papa ça peut donner des conseils, t’accompagner et t’aider. Ça reste un milieu très masculin, même si les femmes peuvent s’y connaître aussi".

Diego Simeone comme papa de substitution ?

"Un papa, c’est un grand mot, mais comme je suis arrivé assez jeune à l'Atletico (21 ans), je n’avais pas encore beaucoup de maturité, et il m’a beaucoup fait grandir dans mon football".

Dans un prochain article qui paraîtra dimanche, l’ailier des Colchoneros nous parlera de sa relation avec "El Cholo", de son statut de "Chouchou" du public madrilène, de son amour pour les "1 contre 1" et de son avenir footballistique.

Articles recommandés pour vous