Regions

Y a-t-il eu des ratés dans la coordination de la lutte anti-terroriste?

Le ministre de la Justice, le CD&V Koen Geens, a reconnu que l’information entre la police et la prison n’était pas passée…
22 janv. 2015 à 08:43 - mise à jour 22 janv. 2015 à 13:01Temps de lecture1 min
Par OPPENS Xavier Van

La question qui se pose dès lors est de savoir pourquoi ce suspect n'ait pas été retrouvé plus rapidement. La prison n'est-elle pas sensée avertir la police quand un détenu sort avec un bracelet électronique? C'est en effet ce qui est prévu, une communication qui se fait par fax entre la prison et la police. Même si la prison reconnaît une défaillance de sa part, elle a par contre bel et bien signalé au parquet et à la police que ce détenu était rentré chez lui en attendant la décision d'un placement sous surveillance électronique.  Une fois que la décision a été prise, la prison a néanmoins oublié d'envoyer le deuxième fax comme le prévoit la procédure. La raison de cette négligence réside dans le fait que l'administration pénitentiaire, le greffe de la prison de Forest, est complètement débordée. De plus, le condamné avait écopé d'une peine de moins de trois ans pour une affaire de recel; son dossier est donc resté en dessous de la pile. La priorité demeurant dans les dossiers beaucoup plus sensibles à traiter. L'administration pénitentiaire admet que c'est "malheureux" mais qu'elle est contrainte d'établir des priorités en attendant que la banque de données de la police et des prisons soient connectées entre elles.

Mercredi, à la Chambre, le ministre de la Justice avait reconnu en effet que l'information n'était pas passée à cause de cela.

Cela étant dit, les services de police ont bien accès aux données des prisons via un logiciel commun de gestion administrative. Ce logiciel vient d'être implémenté depuis l'automne; il est censé entre autre faciliter la communication entre les services.

Il faut donc absolument une connexion automatique entre banques de données. Cette connexion est d'ailleurs en théorie prévue dans la déclaration gouvernementale. Elle couterait 200 000 euros mais pour le moment, elle n'existe pas.

Véronique Fievet

Sur le même sujet

Action antiterroriste: Abdelmounaim Haddad est maintenu en détention

Belgique

Flop dans l'enquête anti-terrorisme: "C'était au parquet et à la police de se renseigner"

Regions

Articles recommandés pour vous