RTBFPasser au contenu
Rechercher

Moteurs

WRC: Michèle Mouton "une femme en wrc? Tout est possible, il faut juste y croire et s'accrocher"

20 févr. 2022 à 10:44Temps de lecture3 min
Par Olivier Gaspard

Michèle Mouton, c'est un personnage. Vice-championne du Monde des rallyes en 1982 au volant d'une Audi Quattro, la Française a remporté 4 rallyes en WRC (San Remo, Portugal, Acropole, Brésil). Aujourd'hui encore, elle est la seule pilote femme à avoir battu les hommes sur les plus grandes épreuves de rallye.

Ce week-end, Michèle Mouton était en Belgique, près de Francorchamps, pour assister au volant rallye réservé exclusivement aux femmes organisé par le RACB (Royal Automobile Club de Belgique), elle était même Présidente du Jury. L'occasion de parler sport auto au féminin avec cette grande dame du Rallye, Présidente de la Commission Femmes de la FIA pendant plus de 10 ans et responsable encore aujourd'hui de la sécurité sur chaque manche du Championnat du Monde des Rallyes.

Michèle, une Fédération qui organise un volant exclusivement réservé aux filles, ça doit vous parler?

"C’est fantastique, j’espère que la Belgique sera un exemple pour les autres pays, les autres Fédérations parce que c’est vraiment une chance. Plus de 200 candidates qui participent à ce volant c’est énorme et c’est un bon exemple pour inciter d’autres jeunes filles à participer à ce genre de sélections et de savoir que le rallye c’est quelque chose de fantastique."

Est-ce qu’il y a un changement de mentalités ou le rallye reste un sport macho ?

"Par évidence, il y a plus d’hommes que de femmes donc c’est quand même encore un monde d’hommes mais c’est un monde d’hommes où les femmes sont admises et où les femmes ont leur place et où elles peuvent réaliser de belles choses. Pour moi c’est quand même une évolution dans le sens où l’engouement qu’il y a eu pour cette sélection est énorme. Pour un pays comme la Belgique, avoir autant de candidates, c’est incroyable, c’est un signe très encourageant.

On voit l’évolution dans la mesure où des Fédérations s’engagent pour aider et soutenir un équipage féminin, c’est un signe important que les mentalités changent. Si on ne fait pas des actions comme ça et c’est ce que nous avons vu nous avec Rising Star ( programme lancé par la FIA et la Commission Femmes dans le sport moteur dont Michèle Mouton a été Présidente pendant plus de 10 ans, qui vise à amener des filles au plus faut niveau du sport automobile) et un partenaire comme Ferrari qui se donne et s’engage pour soutenir plus de femmes en sport auto, c’est comme ça qu’on va y arriver."

© Tous droits réservés

Combien de temps avant de voir la prochaine Michèle Mouton en WRC ?

"Ca c’est pas important, l’important c’est qu’il y ait plus d’engouement et d’envie de venir essayer de faire quelque chose. C’est un sport magnifique, une école de l’improvisation, l’adrénaline est à son maximum. C’est quelque chose que je conseille à toutes les filles qui ont envie d’action et qui ont envie de ressentir des choses fortes."

Pour les filles ici, même si elles sont beaucoup plus jeunes, vous êtes un modèle, un exemple de la femme qui s’est imposée dans un milieu d’hommes.

"Moi, je n’ai jamais voulu faire ce métier là et faire de la compétition. J’y suis arrivée par hasard. J’ai continué parce que j’ai un caractère, j’aime les défis et je me suis accrochée. Ca veut dire que c’est faisable, que c’est possible. J’aimerais voir une prochaine Michèle Mouton dans pas longtemps.

Ma grande chance c’est qu’on m’ait donné la même voiture que les meilleurs. Quand je suis arrivée chez Audi dans les années 80, Hannu Mikkola c’était un des meilleurs au monde et moi j’arrivais là et j’ai eu la même voiture, les mêmes possibilités. Avec ce soutien, ça ne dépend plus que de vous."

La principale qualité, c’est ce caractère, cette envie de montrer qu’on peut faire aussi bien que les hommes et on y va ?

"Je dis toujours qu’on ne peut agir qu’avec ce que l’on est. Si on est une femme, on a les qualités nécessaires pour conduire une voiture. Conduire une voiture, il n’y a pas 36 solutions… Si vous mettez un casque blanc et une voiture blanche à un homme et une femme vous êtes incapables de dire ça c’est un homme ou ça c’est une femme. Il n’y a qu’une façon de conduire vite une voiture.

Après chacun fait avec son ressenti, femme ou homme, chacun fait avec ses qualités. C’est pour ça qu’on a besoin d’avoir plus de femmes qui viennent et qui se lancent."

Si on jette un coup d’œil sur le passé récent en WRC, Isabelle Galmiche qui gagne avec Loeb, ça doit vous réjouir ?

"C’est fantastique, tout est possible. Il faut juste y croire et s’accrocher parce que ce n’est pas facile mais c’est possible. On a déjà des filles un peu partout en circuit, il nous en manque en rallye, c’est vrai mais l’important c’est d’avoir ce soutien des constructeurs ou des teams professionnels qui aident ces jeunes filles à aller plus haut."

Votre rêve par rapport aux femmes dans le sport auto ?

"Moi, je serais ravie de voir que plus de femmes s’intéressent au sport automobile et comprennent que c’est ouvert aux femmes aussi et qu’elles ont leur place, c’est ça qui est important et que aujourd’hui, il y a égalité de chance, on peut y arriver."

Peut-être que ce week-end en Belgique, Michèle Mouton et le RACB vont dénicher la perle rare qui roulera, qui sait, sur ses traces en Championnat du Monde des Rallyes.

© Tous droits réservés

Articles recommandés pour vous