WRC

WRC : Impérial vainqueur à Monza, Ogier valide son 8e titre de champion du monde, la Power Stage pour Neuville

Thierry Neuville sur le circuit de Monza.

© Hyundai

21 nov. 2021 à 06:46 - mise à jour 21 nov. 2021 à 12:13Temps de lecture2 min
Par Antoine Hick

Monstrueux Sébastien Ogier ! Vainqueur (avec énormément de panache) à Monza, il en a profité pour valider ce 8e titre de champion du monde qui lui tendait les bras. Il revient ainsi à une petite longueur de son illustre prédécesseur, Sébastien Loeb. 4e à Monza au terme d’un weekend en mode ascenseur émotionnel, Thierry Neuville finit 3e du championnat du monde, derrière Ogier, donc, et Elfyn Evans.

Mais revenons sur ce weekend somptueux où les pilotes auront alterné entre les routes tortueuses des montagnes bergamesques et les tracés plus sinueux du “Temple de la vitesse”, le circuit de Monza.

“Je veux retrouver le chemin de la victoire.” Confortablement installé sur son matelas de 17 points d’avance au championnat du monde, Ogier avait annoncé la couleur jeudi avant le Shakedown. Fêter son 8e titre était une chose mais le Français voulait le faire avec panache. Comprenez donc : remporter ce Rallye de Monza.

Elfyn Evans craque au pire moment

Pendant 16 spéciales, Ogier a donc tenu magistralement tête à son grand rival Elfyn Evans. Sans prendre de risques inutiles mais en se montrant incisif pour grappiller quelques secondes ci et là. Résultat, le mano à mano a été passionnant, les changements de leader nombreux et au final….les deux hommes n’étaient séparés que de 0,5 seconde à l’aube des trois dernières spéciales.

Oui mais voilà, peut-être tiraillé par la pression, EEvans a commis l’erreur qu’il ne fallait pas faire lors de l’avant-dernière spéciale. Un souci au freinage qui lui a coûté de précieuses secondes et propulsé Ogier sur un boulevard vers la victoire (+7,6 secondes).

Mais encore fallait-il conclure le travail lors de la Power Stage, dernier obstacle d’Ogier dans sa ruée vers son 8e titre. Fidèle à son mantra maintes fois répété "d’uniquement se concentrer sur lui-même’, le Français n’a pas réalisé le meilleur temps (2e derrière Neuville) mais l’essentiel était évidemment ailleurs puisqu’il s’est adjugé son 8e titre de champion du monde.

Une façon idéale de conclure son idylle avec la discipline, lui qui ne disputera plus de saison complète en WRC. Une belle façon aussi pour son co-pilote Julien Ingrassia de boucler la boucle, lui qui disputait aussi sa toute dernière saison en Rallye.

Cerise sur le gâteau, Toyota rafle le titre des constructeurs au terme d’un weekend dominé de bout en bout.

Les montagnes russes de Thierry Neuville

Et que dire du weekend rocambolesque de Thierry Neuville ? Parfaitement dans le coup vendredi, malgré quelques soucis de boîte de vitesse ou de “performance” selon ses dires, le Belge avait dû faire une croix sur ses objectifs personnels après une erreur de trajectoire fatale samedi matin.

Resté ambitieux malgré une fin de rallye a priori sans réel enjeu pour lui, il a continué à sortir des chronos monstrueux, remportant brillamment la Power Stage et signant 5 scratchs sur le weekend, dont trois consécutifs dimanche.

Une fin de weekend particulièrement satisfaisante donc pour le pilote Hyundai, qui maudira sans doute longtemps cette petite erreur aux lourdes conséquences. Ou bien il se dira que c’est justement grâce à cette erreur qu’il a pu rouler plus libéré par après…

Loading...

ES 16 Power Stage Serraglio 2 (14,62km)

Loading...

Articles recommandés pour vous