Icône représentant un article video.

WRC

WRC Grèce : L'image, la surprise, la déclaration... 5 faits marquants du Rallye de l'Acropole

WRC - Rallye d'Acropole 2022 : Victoire de Thierry Neuville

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) a remporté dimanche le Rallye de l'Acropole, dixième épreuve de la saison 2022 du Championnat du Monde des Rallyes.

Complètement larguée en début de saison, l'équipe Hyundai Motorsport a été récompensée de ses efforts de ces derniers mois en squattant toutes les marches du podium pour la première fois de son histoire : Ott Tanak a terminé deuxième à 15.0 secondes, Dani Sordo a ajouté une nouvelle troisième place à son impressionnante collection (+1:49.7).

Cela faisait près d'un an - le Rallye de Catalogne en octobre dernier - que Thierry Neuville n'avait plus goûté à la victoire. Il s'agit de sa seizième victoire en WRC, la première depuis le début de l'ère hybride.

Ce lundi, nous vous proposons de revenir sur 5 faits marquants de ce Rallye de l'Acropole.

La déclaration : Ott Tanak et les consignes d'équipe chez Hyundai

"À la fin de la première spéciale du jour, après l'abandon d'Elfyn Evans, on a décidé de geler les positions. Notre principal objectif, c'était d'assurer le 1-2-3. Personne n'aime cette situation, il y a toujours quelqu'un qui n'est pas content."

Cette phrase n'est pas d'Ott Tanak, mais bien de Julien Moncet, le patron intérimaire de l'équipe Hyundai Motorsport. Par contre, celui "qui n'est pas content", c'est sans doute Ott Tanak...

L'Estonien n'a pas caché son amertume à l'arrivée de la Power Stage, qu'il a d'ailleurs brillamment remportée. "Si vous voulez vous battre pour le championnat, c'est une mauvaise décision. Si vous voulez vous assurer une belle publicité, c'est une bonne décision. Tout dépend de ce que vous voulez. Moi, je veux me battre pour le championnat. C'est dommage qu'on n'ait pas pu se battre à armes égales, jusqu'au bout du rallye."

WRC Grèce : Thierry Neuville renoue avec la victoire, triplé historique pour Hyundai à l'Acropole

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La confirmation : Sébastien Loeb

Faut-il encore s'étonner de voir Sébastien Loeb, 48 ans, jouer les premiers rôles lorsqu'il revient en WRC pour une pige ?

Dès qu'il se retrouve au volant de la Ford Puma Hybrid Rally1, le nonuple Champion du Monde est dans le coup et se bagarre pour la victoire. Il a gagné le Monte-Carlo, il a ensuite joué de "malchance" (problèmes mécaniques...) au Portugal, au Kenya et en Grèce.

Samedi matin, Sébastien Loeb occupait confortablement la première place du classement au terme de la première des six spéciales du jour lorsqu'une courroie d'alternateur défectueuse l'a obligé à abandonner... quelques dizaines de mètres seulement après l'arrivée de la spéciale.

Dégoûté, le Loeb ? À raison, sans doute, puisqu'il était en mesure de jouer la gagne. Il n'est en tout cas pas reparti ce dimanche matin pour faire de la figuration...

Sébastien Loeb, leader et épatant en Grèce : "Il faut être à bloc tout le temps, j'ai roulé fort toute la journée"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La spéciale : ES9, Perivoli 1 (17.42 km)

Samedi matin, c'est le passage dans la spéciale de Perivoli, la plus courte de la journée, qui a complètement chamboulé le classement.

Leader avant le départ de cette spéciale, Sébastien Loeb a été contraint à l'abandon en liaison en raison d'une courroie d'alternateur défaillante.

Thierry Neuville, qui venait de s'emparer de la deuxième place avec 1.4 seconde d'avance sur Pierre-Louis Loubet, y a signé le scratch en surclassement avec 8.2 secondes d'avance sur Ott Tanak grâce à une stratégie audacieuse : en embarquant deux roues de secours, soit une de plus que la majorité de ses adversaires, il a pu compter sur des gommes plus fraîches pour faire la différence.

Ses adversaires ont pas mal dégusté : Pierre-Louis Loubet a crevé (plus d'une minute perdue), Esapekka Lappi, jusqu'alors bien présent dans la bagarre pour les premières places, a perdu 17.3 secondes et le contact avec TN, alors que Kalle Rovanpera, déjà largué au général, est parti à la faute et a endommagé sa voiture en tapant un arbre (voir ci-dessous...).

Thierry Neuville a pris les commandes du rallye dans cette spéciale, et personne n'a été en mesure de l'inquiéter par la suite.

La surprise : Pierre-Louis Loubet

C'est vrai, Pierre-Louis Loubet avant déjà terminé à la quatrième place d'un WRC (en Sardaigne), mais on n'attendait pas le jeune Français de 25 ans à pareille fête sur les spéciales très piégeuses de l'Acropole.

Vendredi, le Corse a parfaitement mis à profit une position avantageuse dans l'ordre de départ ( la onzième) pour s'offrir deux meilleurs temps, les premiers de sa carrière, et pointer en tête de l'épreuve avant de la céder à son coéquipier, compatriote et idole Sébastien Loeb au terme de la dernière spéciale du jour.

Samedi, une crevaison et quelques petits problèmes de fiabilité l'ont fait rétrograder dans le classement, mais Pierre-Louis Loubet a su garder la tête froide pour rester dans le coup et aller décrocher la quatrième place à l'arrivée derrière les trois Hyundai. De quoi déguster ses Nesquick ce matin avec le plein de souvenirs en tête !

Pierre-Louis Loubet, l'invité surprise pour la victoire en Grèce : "Ma bagarre avec Loeb ? Ne pas y penser avant lundi, quand je prendrai mes Nesquick !"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

L'image : Kalle Rovanpera prépare le Dakar avec un pick-up Toyota

Comme Carlos Sainz (senior) ou Sébastien Loeb avant lui, Kalle Rovanpera pense-t-il disputer un jour le Dakar ? Le pick-up Toyota y est généralement assez performant, et le jeune Finlandais en a peut-être eu un avant-goût en corrigeant le design de sa Toyota GR Yaris Rally1 samedi matin... en se délestant d'une bonne partie de la face arrière de sa voiture.

Plus sérieusement, Kalle Rovanpera a galéré durant tout le week-end et n'a jamais réussi à trouver la solution pour être à l'aise sur les spéciales cassantes de l'Acropole. En manque de grip, il est allé taper un arbre et a perdu de longues minutes dans l'aventure... Résultat : pas de Top 10 pour le leader du Championnat du Monde, mais quatre points récoltés dans la Power Stage après une grosse prise de risques. C'est toujours ça de pris.

Sébastien Loeb trahi par la mécanique, sortie de route de Kalle Rovanpera

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous